La rubrique du pôle Hippolia: des cavaliers toujours plus connectés

Facebook, Instagram, Snapchat, Tik Tok… autant de réseaux sociaux avec lesquels nous vivons depuis quelques années déjà et qui font maintenant partie de notre quotidien. En tant que cavalier, votre fil d’actualité est d’ailleurs sans doute ponctué de photos de chevaux d’amis, de cavaliers et personnalités inspirantes du monde hippique, ou encore de médias et influenceurs équestres. C’est bien connu, les échanges entre passionnés de chevaux peuvent être interminables, et c’est en partant de ce constat, que plusieurs entreprises ont souhaité proposer des réseaux sociaux dédiés aux cavaliers.



Un des premiers acteurs à avoir permis ce partage entre cavaliers...

...c’est ChevalAnnonce.com, en créant, sur son site de petites annonces, des forums thématiques où les membres inscrits ont la possibilité de discuter par messages interposés. Chaque passionné peut y trouver son compte : discussion sur l’élevage, la pratique de l’équitation, les soins, les concours ou encore la formation. C’est plus de 120 000 discussions qui sont proposées.

De nombreux sites ont également surfé sur la vague des forums tels que 1cheval.com, poneyxpress.com, Equivista.fr ou tout simplement le site de la FFE.

En 2015, Horsealot, premier vrai réseau social dédié au cheval voit le jour. La plateforme permet aux professionnels comme aux amateurs d’échanger sur leur quotidien, de partager leur vision du cheval mais également de s’inspirer et d’apprendre les uns des autres. La communauté repose sur 3 piliers : des échanges entre membres, des contenus liés à l’univers équestre - avec un focus sur la mode et le luxe- , et l’organisation d’événements réservés aux membres. La plateforme, rachetée en 2019 par le groupe Czech Media Invest (également éditeur du magazine Elle entre autres), est aujourd’hui également présente à l’international, notamment aux Etats-Unis. 

Plus récente, l’application Polyy* est un réseau social également dédié aux cavaliers et lancé en 2019. L’ambition de ses créateurs était d’en finir avec les innombrables « groupes Facebook » et de tout réunir en une seule application. Cette application au design proche de celui d’Instagram qui permet à l’utilisateur de poster des photos qui peuvent ensuite être likées et commentées.  La création d’une fiche cheval offre la possibilité de préciser des informations telles que la généalogie de son cher destrier ou encore sa discipline de prédilection. Grâce à des critères de filtrage, il est possible de rechercher un cavalier ou un cheval. L’application a récemment ajouté de nouvelles fonctionnalités lors de sa dernière mise à jour, qui rendent notamment plus facile l’achat et la vente de chevaux. 

Se retrouver entre passionnés, c’est précisément pour cette raison que Moncheval.net a été créé. Ce réseau social des amoureux du cheval permet, lui aussi, de partager des photos et articles et de rencontrer d’autres personnes partageant les mêmes centres d’intérêt. 

Créer du lien, c’est l’essence même d’une communauté, et c’est justement ce qui a poussé Nancy Cucalon, la fondatrice de Maya*, à imaginer une plateforme communautaire des cavaliers d’extérieur. Cette nouvelle plateforme, dont le lancement officiel est prévu en fin d’année, a pour objectif de mettre en relation les cavaliers, mais également de rapprocher les cavaliers et les structures équestres. En rejoignant la tribu Maya, les utilisateurs pourront échanger et valoriser leur passion : l’équitation de pleine nature. Les cavaliers auront notamment la possibilité de partager leur expérience, d’échanger avec d’autres personnes de leur tribu pratiquant la même discipline, ou encore de rechercher d’autres cavaliers proches de chez eux pour partir en balade ensemble. Les professionnels, quant à eux, auront la possibilité de référencer leur structure et de présenter leurs prochains événements.



article-block3

© Horse Républic

La force du collectif et la communauté de besoins ont certainement inspiré la création de Horse Republic*, « la grande famille de tous les cavaliers de loisir et de compétition ». Florence Amalou, ancienne directrice marketing d’Equidia, a lancé ce concept dans l’objectif de proposer à des cavaliers un espace pour échanger, partager et progresser. Cette application collaborative centralise de nombreuses informations utiles aux passionnés de chevaux tels que des services dédiés à la compétition, la recherche d’une écurie ou encore des vidéos et e-classes thématiques. Un abonnement premium permet d’accéder à davantage de fonctionnalités et de bénéficier de certains privilèges auprès de partenaires.  

D’autres applications et plateformes à la vocation initialement différente, peuvent néanmoins jouer un rôle pour connecter les passionnés. L’application EKISM Centres Equestres est par exemple dotée d’une fonctionnalité pour recevoir les actualités et messages de son centre équestre. Les annuaires de référencement de professionnels pourraient, eux aussi, développer leur service de messagerie pour proposer un aspect plus communautaire.

En somme, les solutions pour échanger et mettre en relation des cavaliers et amoureux du cheval existent donc bel et bien. On observe d’ailleurs que certaines de ces plateformes se spécialisent par discipline et pratique, et d’autres deviennent de plus en plus complètes et riches en services proposés à l’utilisateur. 

Le digital n’est donc pas forcément synonyme de réduction de liens, bien au contraire, il peut être générateur de nouvelles rencontres quand on le met au service d’une passion et de valeurs communes. En tous cas, c’est bien ce que l’on constate, avec une joie non dissimulée, dans notre belle filière. 

*membre du Pôle Hippolia
La sélection des solutions présentées n’est pas exhaustive.