Le phœnix orange renaît de ses cendres à Barcelone

Les Pays-Bas ont remporté leur troisième finale mondiale des Coupes des nations Longines, cet après-midi à Barcelone. Privée de podiums en grands championnats depuis 2015 et de succès majeur depuis sa dernière victoire en Espagne, il y a déjà quatre ans, cette grande nation du jumping s’est imposée avec la manière, signant trois brillants sans-faute. Les Oranje ont devancé l’Irlande, créditée d’un point, ainsi que la Belgique et la Suède, qui en ont compté quatre.



Victorieux en 2014 et 2017, les Pays-Bas ont gagné la finale mondiale des Coupes des nations Longines pour la troisième fois de l’histoire de ce jeune et bel événement lancé en 2013 par la Fédération équestre internationale à Barcelone. La fin d’un long tunnel pour les troupes de Rob Ehrens, l’inamovible chef d’équipe des Oranje, qui se déplace en béquilles depuis quelques semaines en raison d’une intervention chirurgicale. En effet, après avoir gagné coup sur coup le titre mondial en 2014 à Caen et le titre européen en 2015 à Aix-la-Chapelle, doublés par les triomphes individuels de Jeroen Dubbeldam et Zenith, les Bataves ont littéralement disparu des podiums internationaux, en dehors de leur succès ici en 2017 et de la très belle et plutôt inattendue médaille de bronze olympique arrachée par Maikel van der Vleuten et Beauville cet été à Tokyo. Ce retour sous les projecteurs n’en est que plus beau et touchant pour un sélectionneur qui n’a jamais baissé les bras ni perdu le soutien de ses cavaliers et de sa fédération.

Aujourd’hui, Maikel van der Vleuten et Beauville ont assumé leur nouveau statut, en produisant un brillant sans-faute, tout juste marqué par une reprise en main entre la rivière placée en 8 et le vertical à palanque disposé en 9. Vingt-cinq minutes plus tard, Willem Greve a enfoncé le clou avec Carambole, son étalon vétéran de dix-sept ans, fringant comme un jeune homme et impeccable sur ce nouveau très beau parcours de Santiago Varela, certes plus classique qu’hier et avant-hier mais non moins exigeant avec dix-sept efforts, deux doubles (barres de Spa-vertical sur bidet puis oxer-vertical) établis en 4 et 6, un épais triple vertical-oxer-oxer monté en 12, et la ligne de la rivière. Classieux en piste, le cavalier l’a aussi été en conférence de presse, prononçant une véritable déclaration d’amour aux Coupes des nations, qui en auront bien besoin dans les mois à venir, avec la nouvelle réforme annoncée du circuit FEI Longines…

Partie dans un train d’enfer avec son fidèle Con Quidam RB, hybride mi-chat mi-poney, la jeune Sanne Thijssen n’est pas passée loin d’offrir la victoire aux siens dès la troisième rotation de cavaliers, mais elle n’a pu empêcher une petite faute sur l’oxer 12b. Sévère sanction pour ce pétillant binôme, mais tant mieux pour le suspense. Lorsqu’il est entré en piste, l’incontournable Harrie Smolders avait encore le destins des “Vestes orange” entre les rênes de Monaco: un sans-faute leur garantirait la victoire, un point de temps provoquerait un barrage avec les Irlandais, lesquels s’imposeraient, en revanche, dès la première barre renversée. Il n’en fut rien. L’ex-numéro un mondial a mené son partenaire en plein progrès avec un sang-froid et une maestria qui ont suscité l’admiration des tribunes et espaces de réception du Real Club de Polo, qui affichaient complet aujourd’hui.

article-block2

© Scoopdyga



L’Allemagne et les États-Unis en souffrance

L’Irlande a donc fièrement défendu son titre, remporté en 2019 lorsque que le Trèfle était encore aux ordres de Rodrigo Pessoa. Éliminé vendredi en raison de traces de sang trouvées par les commissaires au paddock sur un flanc de Cristello, Denis Lynch a pris ses dispositions aujourd’hui, ceignant l’abdomen de son étalon d’une bande de protection. À l’arrivée, un sans-faute dans le temps, qui a parfaitement lancé les Verts – on aurait aimé voir une meilleure équitation, mais le style n’est pas noté ici… Le parcours d’Eoin McMahon s’est avéré bien plus assuré, mais il a concédé un point de temps sur l’expérimenté Chacon 2. Après les deux fautes de Michael Duffy et Zilton SL sur la rivière et l’oxer 11, l’insubmersible Darragh Kenny a signé un nouveau sans-faute avec VDL Cartello, qui n’a guère frôlé que l’oxer 3 et le vertical 4b, assurant la deuxième place du collectif de Michael Blake.

article-block4

© Scoopdyga



article-block5

© Scoopdyga

La Belgique et la Suède ont toutes deux fini avec quatre points, grâces aux sans-faute de Jérôme Guéry et Grégory Wathelet sur les étalons Quel Homme de Hus et Nevados S pour les Diables Rouges, et d’Henrik von Eckermann et Malin Baryard-Johnsson sur leurs crackissimes King Edward et H&M Indiana pour les Vikings. Les deux nations ont alors été départagées au chronomètre cumulé de leurs trois meilleurs paires, et les champions d’Europe de 2019 ont finalement devancé de moins d’une seconde les champions olympiques de 2021.

Si l’on pouvait craindre de voir l’Espagne, huitième, et le Brésil, septième malgré le sans-faute parfait de Pedro Veniss et Böckmann’s Lord Pezi Jr, souffrir sur ce gros parcours, on attendait beaucoup des États-Unis, cinquièmes, et de l’Allemagne, sixième, plutôt convaincants vendredi et fort bien équipés. Et pourtant, ces deux grandes nations ont peiné dès le départ. Après un excellent début de tour, Lillie Keenan et Skyhorse ont renversé les deux derniers obstacles, et dépassé le temps imparti. L’inverse s’est produit pour Daniel Deusser. Après un début de tour étrangement raté, avec une faute sur l’oxer 1 et un refus devant les barres de Spa, Daniel Deusser et sa redoutable Killer Queen VDM ont produit une fin d’exercice irréprochable. Si Spencer Smith et André Thieme ont relancé ces deux équipes grâce à leur sans-faute avec les brillantes Quibelle et DSP Chakaria, le soufflé est vite retombé. D’un côté, les expérimentées Schuyler Riley et Laura Kraut ont alourdi le total de la Bannière étoilée de quatre et huit points avec Robin de Ponthual et Baloutinue, et de l’autre, David Will et Christian Ahlmann ont pénalisé la Mannschaft de huit et cinq points sur C Vier 2 et Clintrexo Z… Ils connaîtront des jours meilleurs, à n’en pas douter.

Coup de chapeau à Henrik, Maikel et Darragh, qui se sont partagés l’enveloppe de 100.000 euros promise aux couples ayant réussi un sans-faute vendredi puis un autre cet après-midi. Ainsi s’est donc achevée la grande saison extérieure. Il reste bien au calendrier deux CSIO 3*, prévus fin octobre à Vejer de la Frontera et mi-novembre à Vilamoura, mais les prestigieuses Coupes des nations vont désormais faire place à la glorieuse Coupe du monde. Le coup d’envoi de la Ligue d’Europe de l’Ouest, d’ores et déjà amputée des étapes d’Helsinki et Stuttgart, annulées comme en 2020, sera donné dans deux semaines à Oslo, en Norvège. Chouette.

Les résultats
Le parcours

article-block6

© Scoopdyga