Ces reproducteurs Selle Français qui ont atteint le Graal des Jeux olympiques (2/2)

Couronné de succès aux derniers Jeux olympiques, à Tokyo, l’élevage tricolore n’a pas attendu l’édition japonaise pour s’illustrer dans le plus grand événement sportif du monde. Depuis 2000, les chevaux français ont été nombreux, mâles comme femelles, à avoir brillé sur la scène sportive et réussi à l’élevage. Focus sur ces athlètes à deux casquettes.



Scoopdyga En 2000, à Sydney, Philippe Rozier a disputé ses premiers Jeux olympiques accompagné de Barbarian, un étalon Selle Français né en 1989. Henriette Évain, naisseuse du fils de Quiniou (SF, Galoubet A x Gaur, Ps), qui mène une honorable carrière de reproducteur avec trente-deux produits indicés au-dessus de 120, évoque avec émotion le fruit de son travail. “Nous avions acheté la mère de Barbarian, L’Aupezerie (Fantaisiste et Jouvencelle par Centaure du Bois, Ds), à Bruno Soulomiac, qui avait récupéré les juments basses d’Albert Le Brun. Elle était déjà pleine de Quiniou. Barbarian est né en 1989 et ...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe