Alain Hinard, une vie au service de la filière équine

Cavalier à succès, entraîneur orné de réussite, marchand de chevaux puis organisateur de manifestations réputées, dont les championnats d’Europe Jeunes à Auvers en 2007, Alain Hinard a porté bien des casquettes. Connu et reconnu par ses pairs dans la filière équine, le Normand a développé une riche histoire, qui pourrait s’écrire en plusieurs tomes. Désormais âgé de soixante-douze ans, le champion de France de 1977 doit penser à la suite. Intacts, les souvenirs de ce passionné passionnant en disent long sur son engagement et son dévouement. Portrait.



“Alain est un vrai personnage, dont on aime tout”, résume, avec admiration et respect, Sébastien Branly, bras droit de l’icône Alain Hinard. Casquette jaune vissée sur la tête pendant ses grandes années d’entraîneurs l’homme de la Manche s’est forgé plus qu’une réputation. Au-delà des frontières de son département qu’il chérit tant, le natif de Montmartin-sur-Mer, petit village sis à une quarantaine de kilomètres à l’est de Saint-Lô et à cinquante au sud d’Auvers, a étendu son aura dans tout l’Hexagone, et même en Europe. Bien loin d’avoir seulement arboré son couvre-chef couleur...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe