“Des choses ont changé en moi cette année“, Olivier Robert (1/2)

Alors qu’il répétait à l’envi ne pas se sentir capable d’affronter un grand championnat international, Olivier Robert a prouvé, aux autres comme à lui-même, qu’il était à la hauteur du grand sport lors des championnats d’Europe Longines, début septembre à Riesenbeck, en Allemagne. Quinzième de la finale individuelle, pour laquelle il fut le seul Français qualifié, aux rênes de Vivaldi des Meneaux, le Bordelais semble avoir franchi un cap depuis un an. Souriant, solidaire, bienveillant et résolument optimiste, le quadragénaire n’hésite pas à défendre le bilan de l’équipe de France, malgré l’absence de médailles aux Jeux olympiques de Tokyo et à Riesenbeck.



Comment allez-vous? Vous êtes-vous bien remis des championnats d’Europe de Riesenbeck? Je vais très bien, de même que mon cheval, Vivaldi des Meneaux (SF, Chippendale x Bamako, AA). Je suis rentré de Riesenbeck avec un sentiment mitigé. J’ai écopé de deux fautes en première manche de la finale individuelle (terminant finalement quinzième, ndlr), avec un cheval vraiment au point. Je ne peux pas dire que j’ai mal monté, mais pas assez bien non plus pour accrocher un top six. Comment aviez-vous abordé ces championnats? J’ai eu beaucoup de chance car j’ai pu participer aux stages de préparation des Jeux olympiques puis des championnats d’Europe avec Vivaldi et Va...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe