Eduardo Pereira de Menezes clôt la saison 2021 de l’Hubisde Jumping de Grimaud en s’offrant sa plus belle victoire

Après de nombreux week-end de beau sport, l’Hubside Jumping de Grimaud se met en sommeil le temps de la saison hivernale. En clôture de cette saison 2021, le Brésilien Eduardo Pereira de Menezes a gâté les amateurs de jumping en leur offrant un barrage digne d’un orfèvre avec H5 Chaganus. Pour s’offrir sa plus belle victoire, le cavalier de quarante et un ans a devancé de plus d’une seconde et demi l’Irlandais Mark McAuley, déjà battu il y a un mois dans le Sud, et de plus de deux le Français Nicolas Delmotte, troisième et meilleur tricolore.



article-block1

Nicolas Delmotte a signé la meilleure performance française du jour avec Ilex VP.

© Sportfot

Les spectateurs et téléspectateurs du dernier Grand Prix 5* à 1,60m de la saison 2021 à l’Hubside Jumping de Grimaud ont dû se satisfaire du spectacle proposé par les trente-sept couples au départ, dimanche 17 octobre. Et le barrage millimétré du Brésilien Eduardo Pereira de Menezes, en selle sur son classique H5 Chaganus a été la cerise sur le gâteau d’un dernier grand rendez-vous européen en extérieur réussi. Après un premier parcours maîtrisé, malgré une petite frayeur à l’abord du triple numéro 5, la paire formée par le quadragénaire et son hongre Oldenbourg s’est qualifiée pour un barrage réunissant douze couples. 

Les trois premiers à revenir en piste pour affronter le parcours raccourci imaginé par Cédric Longis ont laissé toutes les barres sur les taquets. La Suédoise Wilma Hellström, première de la startlist avec Cicci Bjn a confirmé les belles promesses entrevues il y a un mois, dans une épreuve de même niveau dans le Var. Avec deux sans-faute, dont le dernier achevé en 43”52, les deux complices ont pris une bonne huitième place pour leur deuxième tentative à ce niveau d’épreuve. Chapeau. Un poil plus expérimenté, l’Américain Michael Hughes, cavalier des écuries Stephex, a effectué deux promenades de santé sur son puissant bai, Kashmir Van d'Oude Pastory. Après une finale disputée dans un train correct mais pas des plus rapides, le binôme est septième (42”89) et améliore de deux rangs son classement obtenu lors du Grand Prix 5* de Bruxelles

Pour la France, Philippe Rozier a présenté son superbe Le Coultre de Muze. En pleine évolution à haut niveau, le gris semble avoir franchi un nouveau cap. Très à l’aise sur ses deux parcours, le fils de Presley Boy a fait étalage de toute sa classe en signant deux parcours sans la moindre fausse note, comme il l’avait déjà fait la semaine passée dans le temps fort du 4*. Bref, le champion olympique par équipe de Rio, en 2016, doit être aux anges après cette journée, également couronnée d’une victoire dans le Grand Prix 2* à 1,45m.



Ilex VP répond présent

article-block3

Une nouvelle fois, Marc McAuley a vu la victoire lui échapper dans un Grand Prix 5* de l'Hubside Jumping de Grimaud !

© Sportfot

Déterminé, l’Italien Filippo Marco Bologni est entré en piste avec la volonté d’abaisser le temps de référence de 42”82, imposé juste avant par Philippe Rozier et son étalon de dix ans. Sur Bernini GP, la jeune star des réseaux sociaux a tout donné, prenant un gros risque sur l’ultime oxer aux couleurs d’Hubside. Mission réussie pour le fils de Berlin, finalement cinquième après avoir laissé toutes les barres sur leurs taquets en 41”46 et donné son maximum en termes de vitesse. À la suite du Transalpin, le Syrien Amre Hamcho et la Mexicaine Paola Amilibia ont joué petit bras avec l’excellent Vagabon des Forêts et le tout aussi qualiteux Gaudi, né Sire de la Tour Vidal. Avec une et deux fautes, les deux pilotes ont été relégués en fin de classement, aux onze et douzième places en raison de chronomètres trop lents.

Sans faire de bruit, Eduardo Pereira de Menezes est revenu en piste. Classé à plusieurs reprises cette semaine dans le Sud, le Brésilien était bien décidé à monter sur la plus haute marche du podium. En déroulant un splendide parcours, digne d’un horloger suisse, avec des virages plus serrés les uns que les autres, le pilote de H5 Chaganus n’a rien laissé au hasard. En coupant la ligne d’arrivée en 38”88, la paire a mis une sacrée option sur la victoire. Finalement, personne n’est parvenu à passer sous la barre des 40”. L’Italien Emanuele Gaudiano et l’Argentin José María Larocca ont tout d’abord renversé une barre chacun avec Nikolaj de Music et Finn Lente, avant que les trois derniers concurrents ne s’inclinent à leur tour.

Bruyamment acclamé à grands coups de “Nicolas, Nicolas, Nicolas”, le dernier Français en lice dans ce Grand Prix a tout tenté. En selle sur Ilex VP, le Nordiste Delmotte a livré une nouvelle leçon d’équitation. Malgré le départ de son fidèle Urvoso du Roch, le pilote olympique est loin d’avoir dit son dernier mot. Grâce à son chronomètre de 40”92, le discret quadragénaire s’est hissé au troisième rang et a signé la meilleure performance tricolore. Seul l’Irlandais Mark McAuley, installé en France, près de la frontière suisse, est parvenu à s’intercaler entre le Tricolore et Eduardo Menezes. Brillant sur un Jasco vd Bisschop des grands jours, le pilote de trente-quatre ans a pris son envol dans le barrage et a atterri avec un temps de 40”47 et termine, une nouvelle fois, au deuxième rang. La prochaine fois sera sûrement la bonne pour le couple ! Un cheveu moins rapide, le Belge Jos Verlooy a dû se contenter de la quatrième place avec Luciano van het Geinsteinde, de nouveau double sans-faute après sa belle prestation dans le Grand Prix 4* du week-end dernier.

Pour le clan tricolore, notons les bons parcours à quatre points de Bruno Garez, piégé sur le premier élément du parcours avec l’ultra fiable United Sunheup, et de Marie Pellegrin, battue sur l’oxer numéro deux avec Boreale de Fondcombe. Simon Delestre, Titouan Schumacher, Morgan Bordat, François Xavier Boudant et Benoît Cernin sont sortis de piste avec huit points, tandis qu’on en a compté neuf pour Mégane Moissonnier, seize pour Julien Épaillard et vingt-six pour Sadri Fegaier.  

Les résultats complets ici.