Henrik von Eckermann et King Edward s’imposent en grands costauds à Šamorín

Henrik von Eckermann s’est adjugé la quinzième et dernière étape du Longines Global Champions Tour 2021, ce soir à Šamorín, en Slovaquie. En selle sur le stratosphérique King Edward, le Suédois a devancé sur le fil le Brésilien Marlon Módolo Zanotelli, deuxième sur Like a Diamond van het Schaeck, tandis que l’Allemand Maurice Tebbel a fini troisième avec Don Diarado. Avec cette victoire à l’arraché, le Suédois a décroché le dernier ticket en jeu pour le Super Grand Prix de Prague, le mois prochain, où il retrouvera ses compatriotes Malin Baryard-Johnsson et Peder Fredricson, vainqueur de la saison régulière de ce circuit privé.



On attendait un duel à couteaux tirés entre Ben Maher et Peder Fredricson. Sous les lumières vives du spectaculaire manège de la X-Bionic Sphere, les deux cavaliers devaient se disputer la victoire finale dans la saison régulière du Longines Global Champions Tour, cru 2021. Hélas, dès 20h22, soit vingt-deux minutes après son coup d’envoi, ce match a fait pschitt lorsque le Britannique, pourtant en selle sur son champion olympique Explosion W, encore vainqueur d’une épreuve majeure jeudi soir, a renversé le vertical 6b placé au milieu du triple, puis le vertical 7 et l’oxer 11. Quelques minutes plus tard, le Suédois, assuré de sa victoire finale, a crocheté les même 6b et 11 avec le génialissime H&M All in de Vinck, double vice-champion olympique en titre.

Ces deux couples stars n’ont pas été les seuls, loin de là, à souffrir sur le parcours de ce Grand Prix CSI 5*, le second consécutif disputé à Šamorín. Uliano Vezzani a proposé un vrai défi à ses amis cavaliers, digne d’une finale de la Coupe du monde Longines, et peut-être trop corsé en début de saison intérieure… De fait, seuls cinq couples en sortis sans faute. Et seuls quatre autres s’en sont tenus à quatre points: l’Irlandais Darragh Kenny sur VDL Cartello, le Néerlandais Maikel van der Vleuten sur Beauville, médaillé de bronze aux JO de Tokyo, le Belge Niels Bruynseels sur Delux van T&L et l’Allemande Laura Klaphake sur Quin. Ainsi, Peder Fredricson, auteur du tour le plus rapide à huit points, s’est classé dixième! Les deux Français en lice, Jeanne Sadran et Olivier Robert, n’ont pas échappé à la purge, concédant onze points, avec un refus et du temps, et douze points, avec trois fautes, sur Unforgettable Damvil et Vangog du Mas Garnier. Le Girondin est toutefois parvenu à finir troisième du classement général. Chapeau.



“J’avais une sensation dingue en selle”, Henrik von Eckermann

Opposant cinq hommes forts, le barrage promettait des étincelles, et il fut au niveau des attentes des quelques centaines de spectateurs réunis sur place, et des téléspectateurs de GCTV. Ouvreur de cette finale au chronomètre, Marlon Módolo Zanotelli signe une performance majuscule sur Like a Diamond van het Schaeck, avalant la dernière ligne comme un ogre. Le Brésilien ne le sait pas encore, mais il finira à une superbe deuxième place. Fautant à deux reprises, sur les deuxième (15) et avant-dernier (5) obstacles, le Néerlandais Harrie Smolders doit se contenter de la cinquième place avec Monaco. Après avoir arraché son sans-faute au tour initial, le Belge Pieter Devos pèche sur l’oxer 12, la dernière difficulté, sur MoM’s Toupie de la Roque, l’ancienne partenaire de Michel Hécart et surtout et Julien Épaillard, qu’il ne monte que depuis quelques jours. Moins rapide, mais excellent tout de même avec Don Diarado, l’Allemand Maurice Tebbel assure une superbe troisième place. 

Dernier à entrer en piste, Henrik von Eckermann signe un barrage saisissant et surtout une dernière ligne et un dernier saut stratosphériques avec King Edward, qui n’avait pas touché le moindre obstacle aux Jeux olympiques de Tokyo, pour arracher cette victoire de haute lutte. Le trentenaire est applaudi par Malin Baryard-Johnsson et Peder Fredricson, qui ont vibré en tribune, comme s’il s’agissait d’une Coupe des nations. Quel beau symbole! Quelle victoire! “C’est fantastique. Nous avons fini ce barrage en trombe. J’avais une sensation dingue en selle. King Edward méritait une grande victoire. La semaine dernière, j’avais monté mon barrage comme une m...e. Aujourd’hui, je voulais me rattraper, et obtenir un ticket pour le Super Grand Prix du LGCT, parce que King Edward a les moyens de le gagner. Tout le monde le sait, on n’a pas cent fois la chance de pouvoir poser ses fesses sur un tel cheval. J’ai donc monté avec cet objectif en tête dès la qualificative, et nous avons gagné. C’est dingue!”

Quant à Peder Fredricson, il s’est ravi de sa victoire en saison régulière. “Je suis très content. Je me souviendrai longtemps de 2021, une merveilleuse année. Je suis heureux de monter tous ces chevaux géniaux, dont H&M All in et Catch me Not S. J’ai la chance d’en avoir suffisamment pour jouer à la fois les championnats et ces belles épreuves individuelles. Gagner la saison régulière signifie beaucoup pour moi en termes de régularité. Maintenant, les cheveux vont rentrer à la maison et se reposer. Nous rediscuterons des objectifs à venir en temps voulu.” On l’a compris, il en faudra plus pour sortir de ses gonds le “cavalier d’acier”!

Le classement du LGCT de Šamorín
Le classement final du LGCT 2021

article-block4

Peder Fredricson, Henrik von Eckermann et Olivier Robert.

© LGCT