Madame et Monsieur Price aux commandes du CCI 5*-L de Pau

Les couples (à la ville) sont rares à ce niveau. Les Price, Jonelle et Tim, appartiennent à l’élite mondiale. Performants, ils sont animés d’un authentiquer esprit de compétition, jusqu’à se retrouver ensemble aux commandes de l’une des épreuves les plus prestigieuses au monde, le CCI 5*-L de Pau. Le public a ainsi assisté à du très beau sport où les Anglo-Saxons ont largement dominé, avec notamment 50% des britanniques parmi le top vingt. Chez les Tricolores, seul Sidney Dufresne tire son épingle du jeu en se positionnant a` la huitième place. Mais le test de cross programmé demain à partir de 13h30 promet d’offrir d’importants rebondissements.



article-block1

© Solène Bailly/Les Cinq Étoiles de Pau

Il y a eu du beau sport lors de la seconde journée dédiée au test de dressage. Le couple formé par Jonelle et Tim Price occupe les première et deuxième places avec leurs chevaux respectifs, Falco et McClaren. À la troisième place, on retrouve William Fox-Pitt. Le géant britannique a produit une superbe reprise avec son deuxième cheval, Little Fire, tandis qu’il occupe la neuvième place avec sa première monture Oratorio avec laquelle il passait hier. Pour la petite histoire, il y a dix ans, le cavalier britannique avait concouru à Pau avec le père d’Oratorio, Oslo Biats.

Côté Français, dans l’ensemble, les Français ont présenté de belles reprises. Mais cela n’a pas suffi pour espérer inquiéter leurs adversaires. Seul Français dans le top dix, Sidney Dufresne, premier à entrer en piste ce matin, pointe à la huitième place. Il se positionne en embuscade à moins de quatre points du podium après une très belle reprise avec sa jument Swing de Perdriat. “Swing a quinze ans maintenant”, explique le médaillé de bronze par équipes des Jeux équestres mondiaux de 2018 à Tryon. “J’ai toujours été persuadé qu’elle pouvait le faire, mais elle reste une jument difficile à gérer psychiquement. On n’a pas tout repris à zéro mais presque. Elle avait bien couru le CCIO 4*-L de Boekelo en 2017. On verra ce qui se passera d’ici à dimanche mais on ne peut être que ravi aujourd’hui. Lorsqu’elle a envie de jouer, elle est magique! Je suis content, notamment pour ses propriétaires (Iris de Fleurieu, ndlr). Elle a vécu une saison soft. Elle a suivi le Grand National, mais couru les épreuves Pro1 parce qu’il n’y avait aucune raison qu’elle présente la reprise des Jeux olympiques. Elle a passé un été tranquille et nous l’avons engagée dans le CCI 3*-S de Lignières qu’elle a vraiment bien couru. Alors nous avons dit ‘feu’ pour Pau.” De son côté, Maxime Livio est sorti satisfait du rectangle avec Vitorio du Montet, “qui a accompli d’énormes progrès sur cette discipline qui n’est pas sa favorite” est quant à lui en vingt-quatrième position. “Je suis assez content car ce n’est pas la spécialité de Vitorio. Il a réalisé d’énormes progrès. Avec trente points, je n’ai aucun regret. J’ai obtenu ce que j’espérais avoir.”



“Demain ça va être la guerre”, Sidney Dufresne

“Je suis très content de Falco, dont c’est la première participation à ce niveau. Je m’attendais à quelques erreurs, car c’est un showman, mais j’ai eu la chance de l’avoir très relaxé aujourd’hui”, a déclaré Tim Price. “Demain, le parcours de cross s’annonce très exigeant: les obstacles sont massifs et il y a de réels choix à faire. Mon cheval est un fantastique sauteur, montant très fort en l’air. Il est très agréable à monter et à regarder à l’hippique. J’espère qu’il pourra le montrer dimanche. Au cross, cela peut poser quelques problèmes dans les combinaisons techniques. Pau est un endroit où l’on aime emmener des chevaux pour leur CCI 5*, parce que ce terrain nous permet de beaucoup leur apprendre. Même si l’on a décidé de prendre une certaine trajectoire, il va falloir réagir instinctivement sur le moment et peut-être prendre l’option longue. Nous retrouvons régulièrement ces problématiques sur les parcours de Pierre Michelet. Je pense que le maxi va être difficile à réaliser, malgré la dernière galopade avant l’arrivée.”

Les cavaliers sont unanimes. Ce CCI 5*-L ne sera pas un concours de dressage. De l’avis de la plupart d’entre eux, le parcours imaginé par Pierre Michelet semble technique et relativement long, avec un chrono difficile à réaliser. “Cela fait longtemps que je n’ai pas monté un cross aussi long”, a déclaré l’Australien Kevin McNab, qui a mené Cute Girl au titre de champion du monde des chevaux de sept ans dimanche dernier au Lion-d’Angers. “De toute façon, à ce niveau-là, il faut un cheval qui ait envie de bien faire, et il faut bien le connaître. On ne prend pas la même ligne avec tous les chevaux. J’étais déjà venu en 2013, donc c’est trop loin pour pouvoir comparer, mais je pense que le tour va faire le job avec des combinaisons compliquées et un tour peu galopant au début. Demain ça va être la guerre”, insiste le français Sidney Dufresne. Même son de cloche chez Maxime Livio. “Le cross est vraiment de niveau 5*, il va falloir l’aborder avec respect. Il va être intéressant de voir comment cela va se courir. Il y a des parties où il va falloir être fluide et peut-être moins rapide, et d’autres très galopantes où l’on va pouvoir rattraper le temps. Mais si on galope à chaque fois qu’on a un peu d’air, les chevaux vont être vite très fatigués.”

Huitième l’an passé avec Vitorio, Maxime estime que son partenaire est fin prêt. “J’ai un vrai cheval de cross, qui était maxi l’an dernier et je trouve qu’il a encore pris de la maturité. Cela fait longtemps que le cross n’a pas été à cette main, et je le trouve toujours plus compliqué dans ce sens. On reconnaît bien la technique de Pierre Michelet qui joue avec les dévers.”

Le classement provisoire

article-block4

© Solène Bailly/Les Cinq Étoiles de Pau