Après Clooney, Chaplin offre à Martin Fuchs son troisième chef d’œuvre lyonnais

Martin Fuchs a remporté le Grand Prix Coupe du monde Longines de Lyon pour la troisième fois consécutive, cet après-midi à Eurexpo. Victorieux en 2018 et 2019 avec le fabuleux Clooney, le multi-médaillé s’est cette fois imposé en selle sur Chaplin. Au terme d’un barrage à onze, le Suisse a devancé de six dixièmes de seconde le Brésilien Eduardo Menezes, deuxième sur H5 Chaganus, et d’un peu plus d’une seconde l’Autrichien Max Kühner, troisième avec Elektric Blue P. Edward Levy, le meilleur Tricolore, s’est classé sixième associé à Rebeca LS.



Après avoir reconnu le parcours, exempt de combinaisons très exigeantes, de verticaux hissés au-dessus d’1,60m ou de très larges oxers, comme c’est souvent le cas au CHI-W Longines d’Equita Lyon, où la grande piste et les paddocks offrent aux chevaux et cavaliers des conditions idéales pour donner le meilleur d’eux-mêmes, on pouvait s’attendre à voir beaucoup de sans-faute, et un nouveau barrage fleuve, comme celui de vendredi soir. Et pourtant, il n’y a eu que onze barragistes, soit juste un peu plus d’un quart des partants, proportion considérée comme idéale par la plupart des chefs de piste et organisateurs de concours, qui ont toujours à cœur d’offrir un spectacle de qualité à leur public.

Il convient donc de tirer un double coup de chapeau à Grégory Bodo, en poste à Lyon depuis 2017. En effet, il est parvenu à régaler les 7.000 spectateurs de cette épreuve de prestige tout en ménageant les chevaux et en respectant les équilibres. Son job n’était pas simple, certains cracks ayant été très sollicités depuis la levée progressive des restrictions sanitaires dans les grandes régions équestres du monde, quand d’autres en sont encore à découvrir ce niveau d’épreuve… voire les concours intérieurs, très rares au calendrier international entre mars 2020 et octobre 2021. La semaine passée, les Grands Prix du CSI 4* de Saint-Lô et plus encore du CSI 5* de Šamorín s’étaient avérés très, sinon trop sélectifs. À l’œuvre dans la Manche, où l’on n’avait toutefois rien vu d’injuste pour les chevaux, Grégory Bodo a pu mesurer l’état des forces en présence cet automne en Europe de l’Ouest, et s’y est parfaitement adapté.

Outre les onze finalistes au chronomètre, cinq autres couples ont marqué des points au classement de la Coupe du monde cet après-midi. Le Portugais Luis Ferreira, douzième, et le Belge Jérôme Guéry, treizième, ont épaté les foules avec Cerruti van ter Hulst, une jument à suivre, et le métronome Quel Homme de Hus, qu’on ne présente plus, concédant tous deux un point de temps. Ils ont devancé Julien Épaillard, l’Italien Emanuele Gaudiano et Kevin Staut, auteurs de rapides parcours à quatre points sur Billabong du Roumois, le jeune Nikolaj de Music et la valeureuse Tolède de Mescam*Harcour.

© Scoopdyga



Eduardo Menezes et Max Kühner en imposent

Max Kühner et Elektric Blue P.

Max Kühner et Elektric Blue P.

© Scoopdyga

Ayant ouvert ce barrage, comme il avait déjà ouvert le tour initial, José Larocca visait un bon double sans-faute avec son fidèle Finn Lente, mais il a buté sur l’entrée du double vertical oxer 6, placé tout près de la porte, le long de la tribune, puis sur l’oxer 1, avant-dernier obstacle de ce parcours réduit, collé à la grande tribune opposée, épaissi à dessein par le chef de piste et qu’il fallait aborder en sortie de courbe. L’Argentin a dû se satisfaire d’une belle huitième place. Le vertical 2, dernière difficulté, a privé d’un second sans-faute la Britannique Holly Smith, meilleure cavalière du concours et quatrième sur l’excellent Denver. Dur barrage pour Bryan Balsiger, premier des trois Suisses qualifiés, fautif à trois reprises sur AK’s Courage, et finalement onzième. Le premier double clear round a été l’œuvre d’Eduardo Menezes et H5 Chaganus, qui ont frotté la sortie du double et fourni un gros effort sur le 1. Ils ont fait de très heureux deuxièmes.

Victorieux il y a deux semaines de l’étape inaugurale d’Oslo, le Néerlandais Kevin Jochems n’a pas su réitérer en selle sur Turbo, septième, battu sur le 1. Deux fautes en début d’exercice pour l’Irlandais Denis Lynch et le puissant Cristello, huitièmes, sur les verticaux 8b et 6a. Ce dernier obstacle a aussi fauché les espoirs des lauréats du Grand Prix CSIO 5* d’Aix-la-Chapelle, l’Allemand Daniel Deusser et Killer Queen VDM, cinquièmes. Le deuxième double sans-faute a alors été accompli par l’Autrichien Max Kühner, grand habitué de la Coupe du monde, et auteur d’un tour très fluide sur Elektric Blue P, finalement troisième.

Eduardo Menezes et H5 Chaganus.

Eduardo Menezes et H5 Chaganus.

© Scoopdyga



Edward Levy et Julien Anquetin en route vers Leipzig?

Martin Fuchs avait eu le temps de bien analyser tout cela et d’adopter une stratégie idoine. De plus, cette grande piste d’Eurexpo, où il avait remporté cette épreuve reine en 2018 et 2019 avec le génialissime Clooney, ne pouvait lui inspirer que de la confiance. Comme il l’a très joliment dit en conférence de presse, son gris a finalement survécu au grave accident qu’il avait subi au pré cet été, et son copain d’écurie, Chaplin, probablement nommé ainsi par un fan de cinéma, comme Clooney, a retrouvé son meilleur niveau pour le relayer en tête du box-office. L’accompagnant du dos et des bras du début à la fin de son parcours, Martin Fuchs n’a rien laissé au hasard, avalant les distances comme un dératé et produisant un saut de dingue sur le 1. La messe était dite.

Steve Guerdat et Victorio des Frotards, pourtant lauréats de cinq gros Grands Prix, ont buté sur le 6a, que le champion olympique avait pourtant soigné, puis le vertical final, terminant neuvièmes. Enfin, les supporters français, en majorité dans les gradins, ont poussé Edward Levy comme un seul homme, mais cela n’a pas suffi au Normand, battu sur le vertical 16, qui avait remplacé les barres de Spa placées en 10 au tour initial. Avec la fougueuse Rebeca LS, il a fini sixième, et meilleur Français. On a déjà hâte de le revoir en Coupe du monde.

Septième aujourd’hui, le Néerlandais Kevin Jochems reste en tête de la ligue d’Europe de l’Ouest. Deuxième grâce à ses vingt premiers points, Martin Fuchs devance Eduardo Menezes et le Belge Pieter Clemens. Côté français, avec respectivement onze et neuf points, Edward Levy et Julien Anquetin ont parcouru environ un quart du chemin qui les sépare de la finale du circuit, programmée début avril à Leipzig. Prochaine étape dans sept à jours à Vérone, dans le cadre du salon Fiera Cavalli.

Les résultats du Grand Prix
Le parcours du Grand Prix
Le classement provisoire de la ligue d’Europe de l’Ouest

Edward Levy et Rebeca LS.

Edward Levy et Rebeca LS.

© Scoopdyga