Paul Bard et Taj Mahal signent un coup de génie aux Deux jours de Montcuq

À l’occasion des Deux jours de Montcuq, une compétition d’endurance internationale labellisée 3* et longue de 180 km, Paul Bard a sorti son fidèle Taj Mahal pour la première fois de la saison… et a raflé la victoire ! Une sacrée performance pour le couple, qui a devancé Paul Wandelerckhove sur Assarya des Eymes, ainsi que Julia Montagne, troisième avec Charly de Bozouls.



La présence de Taj Mahal, Poney français de selle de quatorze ans et complice de Paul Bard, est rare sur les terrains d’endurance. Mais elle est aussi très fructueuse ! Dimanche 31 octobre, au terme de deux jours de course, et après avoir parcouru plus de cent quatre-vingt kilomètres, les deux complices ont brigué la victoire dans la CEI 3* de Montcuq, dans le Lot. “J’ai acheté [Taj Mahal] sur le Bon Coin quand il avait six ans !”, a confié l’heureux lauréat à La Dépêche“[...] Il ne participe qu’à une course par an. Ce cheval est tellement fort ! C’est un extraterrestre. Il galope vite, sait grimper, avec de bonnes pattes. Il veut toujours aller plus vite et il a surtout un cœur exceptionnel.” 

En embuscade à l’issue de la première journée de compétition, le couple a mis les bouchées doubles pour s’imposer dimanche. Les deux complices ont ainsi conservé les commandes des trois dernières boucles, s’offrant même une pointe de vitesse à 22,3 km/h de moyenne sur les vingt-deux derniers kilomètres d’effort. Tous deux sont arrivés avec une vitesse moyenne globale de 17,3 km/h après 10 heures, 41 minutes et 20 secondes d’effort. Le gris, fils de l’Arabe Oumzil Tobiha, courait sa première épreuve de ce niveau. L’an passé, il avait terminé deuxième d’une CEI 2* organisée à Fontainebleau, sous la selle de France Paul. 

article-block2

Les Deux jours de Montcuq se sont déroulés sous des couleurs automnales idylliques !

© Léane Bouyssou



Deuxième, Paul Vandekerckhove n’a pas démérité. En selle sur Assarya des Eymes, le pilote de vingt et un ans seulement s’est incliné d’un cheveu. Avec sa complice, le jeune cavalier a conclu son week-end avec une vitesse moyenne de 17,1 km/h et 10h44min45sec passées sur les routes du Lot. Il s’agit là du résultat le plus marquant de la carrière du Tricolore sur le circuit Séniors. Avec sa sœur cadette, Léa - sixième de cette même épreuve -, Assarya s’était illustrée sur une épreuve réservée aux Jeunes cavaliers, à Julianges, début août. Cette famille semble donc promise à un bel avenir dans la discipline !

Plus expérimentée, Julia Montagne, cinquième de la CEI 3* 140km de Fontainebleau un peu plus tôt le mois dernier avec une autre monture, a complété un podium entièrement français. Cette fois, l’amazone de vingt-neuf ans avait misé sur Charly de Bozouls, neuf ans et encore relativement peu aguerri sur la scène internationale. Sa performance est d’autant plus significative que Julia n’avait plus présenté son partenaire en compétition depuis 2019, ce dernier étant passé sous couleurs espagnoles et marocaines. À Montcuq, le binôme a affiché une vitesse moyenne de 16,9 km/h sur les six boucles. 

Avec trente-sept engagés, la CEI 3* de Montcuq a encore attiré du beau monde, représentant une petite dizaine de nations. Au final, quinze paires ont été éliminées pour des problèmes de boiterie ou de métabolisme. La Française Barbara Chavardes a complété le tir groupé français en agrippant le quatrième rang avec Avatar du Golo. Léa Vandekerckhove s’est, elle, intercalée en sixième position, entre la Tchèque Nadia Nave et la toute jeune Monégasque Laura Le Maux-Gramaglia.

Les résultats complets ici et sur l’application Yamamah.