France-Espagne, les ressorts d’un Clásico

Aux championnats du monde de Pise, mi-mai, puis aux Européens d’Ermelo, début septembre, les équipes françaises et espagnoles se sont une nouvelle fois tiré la bourre dans la bataille des médailles. Après avoir gouverné la discipline de 2000 à 2010, la France occupe désormais la place de deuxième challenger derrière l’Espagne, qui détient l’or mondial depuis les Jeux équestres mondiaux de Normandie en 2014 et l’or continental depuis les Européens de Samorin, en 2015. L’élevage français de chevaux Arabes d’endurance, lui, demeure au sommet.



Aux championnats du monde de Pise, qui se sont déroulés du 21 au 22 mai en Italie, comme aux Européens d’Ermelo, organisés du 6 au 11 septembre aux Pays-Bas, les équipes de France et d’Espagne d’endurance se sont à nouveau disputé les plus beaux métaux, que ce soit dans la compétition par équipes ou individuelle. Nations reines de la discipline, celles-ci ont décroché pas moins de sept médailles sur les douze en lice. En effet, dans la péninsule, l’Espagne, représentée par Angel Soy Coll avec Warrens Hill Chayze (Chatanz x Dormane), Omar Blanco Rodrigo avec For Ferro (PsA, Modeler x Haleh), Maria Alvarez Ponton avec Mandany (PsA, Madjani x Vadder), Alex Lu...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe