Retour sur la consécration de Kevin Staut, fraîchement élu Président de l’IJRC, dans le Top Ten Rolex en 2017

Aujourd’hui à Genève, le Top Ten Rolex fêtera ses vingt ans ! Cette compétition est née à Palexpo à l’initiative du Club des cavaliers internationaux de saut d’obstacles (IJRC) et des organisateurs du CHI de Genève, partageant la même passion pour le très grand sport. Tout juste élu à la tête de l’IJRC, Kevin Staut a étrenné son nouveau costume en s’offrant la finale du Top Ten, en 2017, avec un Rêveur de Hurtebise*HDC au sommet de son art.



© Scoopdyga

Pour la dix-septième édition du Top Ten Rolex IJRC, Kevin Staut était invité pour la huitième fois, preuve de sa régularité au sommet de la hiérarchie mondiale. Mais jusqu’alors, le Normand n’avait jamais connu la plus haute marche du podium de cette épreuve de prestige. Associé à son fidèle Rêveur de Hurtebise*HDC, en grande forme à Palexpo, le Président fraîchement élu du Club des cavaliers internationaux de saut d’obstacles (IJRC) a été le meilleur des dix couples conviés par les organisateurs du CHI de Genève. 

Kevin, Grégory Wathelet, Scott Brash, Éric Lamaze, Steve Guerdat, Kent Farrington, Maikel van der Vleuten ainsi que les petits nouveaux Harrie Smolders, Lorenzo de Luca et Peder Fredricson ; ils étaient tous là. Comptant sur Rêveur de Hurtebise*HDC, Eldorado van het Vijverhof, Ursula XII, Fine Lady 5 - la tenante du titre -, Hannah, Creedance, Verdi TN, Don VHP Z, Ensor de Litrange LXII et H&M Christian K, tous étaient prêts à en découdre.  

Seules quatre paires parviennent à s’offrir un sans-faute dans la première manche. L’Écossais aux nerfs d’aciers, Scott, est le premier à ouvrir la voie. Juste avant lui, Steve avait laissé une barre à terre avec Hannah, débarquée dans ses écuries en début d’année 2017 et déjà récompensée dans les Grands Prix 3* de San Giovanni et 5* de Lummen, Falsterbo et Stuttgart. Pour Grégory, huit points viennent sanctionner son premier passage. Harrie, puis Lorenzo, qui participent à leur premier Top Ten, emboîtent le pas à Scott et offrent deux sans-faute supplémentaires au public de Palexpo. Les deux duos sont ensuite imités par Kevin, qui les rejoint dans le clan des sans-faute. 

Avec un seul point de temps laissé en route, Peder n’est pas loin non plus, mais son score sera un handicap certain pour le second acte. Les tenants du titre, Éric et Fine Lady, concèdent quatre points sur l’oxer numéro 4, tout comme Kent, battu sur le vertical 6 avec Creedance. À ce total, s’ajoute un point supplémentaire pour Maikel, piégé sur un droit avec son fidèle Verdi.



Le Président loin devant

Premier à revenir en piste en raison de ses huit points concédés en première manche, Grégory corrige sa copie et conserve son score avec Eldorado. Avec un bon rythme, le Belge met la pression sur les suivants et finira au septième rang. Maikel, lui, laisse de nouveau une barre rouler au sol avec son Verdi. Le Néerlandais est huitième. Deuxième manche plus difficile pour Steve et Kent. Le héros de Palexpo, vainqueur en 2010, sort de piste avec huit points et… la dernière place. Que ses fans se rassurent, la chance tournera l’année suivante, lors de laquelle le Jurassien décrochera la dix-huitième édition du Top Ten. Même sentence pour Kent, un peu plus rapide avec Creedance, mais tout juste neuvième.

Sans pression avec sa faute du premier tour, Éric mène sa Fine Lady dans un train d’enfer pour accrocher un accessit. Stratégie payante pour le Canadien, quatrième. Auteur d’un nouveau sans-faute, mais traînant son maudit point de temps dépassé de la première manche comme un fardeau, Peder, champion d’Europe en titre et seul Suédois en lice dans cette finale, parvient à s’offrir une place sur la troisième marche du podium. Car, derrière lui, deux des quatre rescapés de l’acte initial vont flancher. D’abord, Harrie renverse étrangement l’antépénultième oxer sur son fidèle Don VHP Z, moins brillant qu’habituellement.

Scott, deuxième des clear round à revenir en piste assure l’essentiel avec Ursula et coupe la ligne d’arrivée en 42”83. Un peu timide, l’Écossais restera finalement en deuxième position et n’attrapera pas son deuxième succès, après celui de 2014. Tout de suite après lui, Kevin entre en piste et délivre une prestation digne d’un horloger suisse. “[Rêveur] a été formidable. En première manche, j’ai eu un tout petit peu de chance sur le triple Rolex. Dans cette deuxième manche, il a été magnifique. Je pense que mon chronomètre est battable, mais il a été sans-faute et grandiose, comme souvent dans les grandes occasions”, réagit Kevin, à peine descendu de cheval, au micro d’Alban Poudret, directeur sportif du CHI de Genève et grande plume du Cavalier Romand. Peut-être un peu pessimiste, le Normand ne sera jamais rattrapé, et ses 40”90 jamais approchées. 

Seul candidat à pouvoir encore briguer la victoire, Lorenzo ne parvient pas à confirmer. Comme son collègue néerlandais, Harrie, le Transalpin fauche la deuxième barre de l’oxer numéro deux, antépénultième effort du parcours raccourci, avec son ami Ensor de Litrange. Le cavalier, alors installé aux écuries Stephex, aura gagné le droit de revenir à Palexpo. Dans le même temps, voilà Kevin délivré. Son clan peut exploser de joie et recevoir les félicitations de tout le monde. 

“Si je gagne, on va dire que c’est truqué”, lançait Kevin à Alban Poudret, qui lui faisait remarquer qu’il venait d’être nommé Président du club des cavaliers la veille, et que l’instance fêtait ses quarante ans, le jour même où cette finale IJRC avait lieu. Mais que nenni. Cette victoire, le Tricolore l’a gagnée haut la main. Avec son champion olympique, Rêveur, le Normand a réalisé un rêve. “C’est le bonheur absolu, je suis fier de cette victoire. C’est beaucoup d’émotion car je suis avec Rêveur qui est mon cheval de cœur. Je suis heureux pour mes propriétaires Emmanuèle et Armand Pette et pour tout le staff fédéral qui nous accompagne”, sourira le cavalier, enfin lauréat de cette finale, toujours disputée. “Je suis patriote, c’est important pour moi de rapporter enfin cette victoire en France et je suis ravi de pouvoir l’offrir au public et aux supporters français !

Revivez en images la victoire de Kevin Staut et Rêveur de Hurtebise à Palexpo.

Du 9 au 12 décembre, le CHI de Genève fête également sa soixantième édition. Réservez vos places ici.