Top Ben et Explosion Maher à Genève!

Le Britannique Ben Maher et Explosion W ont remporté le Top Ten Rolex ce soir à Palexpo, où le CHI de Genève a quasiment fait tribunes combles. La vingtième édition de cette magnifique épreuve a donné lieu à un nouveau duel entre les champions olympiques individuels de Tokyo et le couple formé par le Suédois Henrik von Eckermann et King Edward, médaillés d’or par équipes cet été au Japon. Kevin Staut est passé tout près du podium avec Tolède de Mescam*Harcour.



article-block1

© Scoopdyga

King Edward vs. Explosion W, voilà un duel comme on les aime, entre deux chevaux qui dominent outrageusement leur sport, sous la selle d’Henrik von Eckermann et Ben Maher. Le premier a révélé tout son potentiel cette année, se classant deuxième d’un Grand Prix CSI 5* Hubside à Grimaud, puis quatrième à Windsor, avant de produire six prodigieux parcours aux Jeux olympiques de Tokyo, récompensés d’une quatrième place individuelle et surtout d’une médaille d’or par équipes, et de triompher du spectaculaire Super Grand Prix du Longines Global Champions Tour il y a trois semaines à Prague. Le second, lui, brille presque sans discontinuer depuis 2018, avec à son palmarès une trentaine de victoires internationales, dont les Grands Prix CSI 5* de Madrid, Valkenswaard, Doha, New York, Prague, Londres, Rome et Windsor, une médaille d’argent individuelle aux Européens Longines de Rotterdam en 2019, puis l’or olympique cet été au Japon. Doté d’un gros moteur et d’une confiance à toute épreuve, le second est plus expérimenté, plus rompu qu’aucun autre à l’exercice des barrages ou secondes manches au chronomètre, mais le premier est aussi élastique qu’une balle rebondissante et aussi joueur qu’un jeune chat.

Alors que Clooney 51, l’insubmersible crack du Suisse Martin Fuchs, a achevé sa carrière sportive à Tokyo, victime à son retour en Suisse d’une terrible blessure dans un paddock, il semble que King Edward, BWP de onze ans par Edward 28 et une mère par Feo, soit devenu le meilleur challenger d’Explosion, KWPN de douze ans par Chacco-Blue et une mère par Baloubet du Rouet. “Ce sont deux très grands chevaux, avec une personnalité très marquée. C’est super pour notre sport, et pour attirer du public dans les tribunes. Lors des derniers concours (les CSI 5* de Šamorín et Prague, ndlr), Henrik et King Edward ont été extraordinaires et nous ont battus. Ce genre de rivalité pousse chacun à progresser et donner toujours le meilleur de son couple. Cette fois, nous sommes repassés devant. En tout cas, je n’échangerais Explosion pour rien au monde. Quand je fais correctement mon travail, je suis presque sûr de pouvoir gagner n’importe quelle épreuve. Je suis très chanceux de monter le meilleur du monde.”

article-block2

© Scoopdyga



Jérôme Guéry et Kevin Staut au botte-à-botte

Si cette vingtième finale du Top Ten Rolex, épreuve de prestige créée par le Club des cavaliers internationaux de saut d’obstacles (IJRC) en 2001 à Genève, a donné lieu à ce très beau duel, remporté par le Britannique avec une seconde et demie d’avance sur le Suédoise, cette opposition de style n’a pas totalement occulté les performances des huit autres paires en lice. Ainsi faut-il saluer les très belles trois et quatrième places de Jérôme Guéry et Kevin Staut. En selle sur le puissant et majestueux Quel Homme de Hus, le Belge a pris des risques en seconde manche, ce qu’il a payé d’une grosse faute sur le mur placé en 15, antépénultième obstacle du parcours réduit imaginé par le Suisse Gérard Lachat et le Néerlandais Louis Konickx. Quant au Normand, il a péché sur le vertical 11 en première manche avec la vaillante Tolède de Mescam*Harcour, avant de signer sans-faute d’excellente facture en seconde manche. Seuls seize centièmes ont séparé les deux Francophones.

La cinquième place est revenue au Britannique Scott Brash, en couverture du dernier numéro du magazineGRANDPRIX, pénalisé de cinq points en première manche, dont une faute sur l’oxer 12, avec Hello Jefferson. Quant à Daniel Deusser, sixième, il doit ses cinq points à un refus inattendu de Killer Queen VDM devant le vertical 14, que l’Allemand, beau joueur, n’a pas vraiment su expliquer. Devant son public, le Suisse Steve Guerdat, septième, a péché une fois par tout avec un Victorio des Frotards moins brillant qu’à l’accoutumée. Mêmes causes et mêmes conséquences pour le Suédois Peder Fredricson et Catch Me Not S, huitièmes, ainsi que pour l’Américaine Kent Farrington, neuvième sur Austria 2. Lanterne rouge devant ses fans, Martin Fuchs et Chaplin ont fini avec un score de douze points.

Les résultats
Les parcours

article-block4

© Scoopdyga