Avec 209, Vedouz de Nestin bat tous les records depuis la création des indices du SIRE

Les indices de performances des poneys et chevaux de sport ont été publiés il y a quelques jours par l’Institut français du cheval et de l’équitation. Malgré une saison écourtée par la pandémie de Covid-19 et l’épizootie de rhinopneumonie, des records ont été battus, et de loin. Du côté des poneys, en saut d’obstacles, le poney Vedouz de Nestin a été indicé à 209, pulvérisant de vingt points le record jusqu’alors codétenu par Callas Residal et Clémentine. En concours complet, Boston du Verdon a, sans surprise, obtenu l’IPC le plus élevé avec 170. Petite surprise en dressage, où le meilleur indice a récompensé un poney de… cinq ans! Retour chiffré sur cette folle saison.



Chaque année, les indices de performances sont attendus avec impatience par les cavaliers, propriétaires et éleveurs, pressés de voir statistiquement sanctionnées les performances de leurs protégés. Ceux-ci sont calculés par les agents du système d’information relatif aux équidés (SIRE) de l’Institut français du cheval et de l’équitation, en collaboration avec les stud-books, sur la base des résultats allant du 1er octobre de l’année précédente au 30 septembre de l’année en cours. Les IPO, IPC et IPD s’appuient sur les performances obtenues en épreuves Poneys, qu’elles soient disputées sous l’égide de la Société hippique française, de la Fédération française d’équitation ou de la Fédération équestre internationale. En revanche, ne sont pas pris en compte les épreuves de hunter et les championnats Jeunes Poneys combinant note de modèle ou de style et résultat à l’obstacle. Les classements des épreuves par équipes, uniquement lorsqu’ils sont le reclassement de résultats individuels, sont également exclus, tout comme les résultats obtenus au niveau Club.    
Depuis 2013 en saut d’obstacles et 2014 en complet et dressage, deux critères entrent en compte dans le calcul. D’une part, le “classement” mesure la concurrence dans chaque épreuve en fonction des classements des partants dans les autres épreuves. Ce critère consiste à valoriser la régularité des poneys. D’autre part, s’applique le critère “points”, basé sur le cumul annuel de points attribués selon la difficulté de l’épreuve et le classement du poney dans cette épreuve. Dans les trois disciplines, des corrections sont ensuite apportées pour tenir compte de l’âge et de la taille de l’animal lorsque celui-ci participe à des épreuves ouvertes à différentes catégories (B, C et D).
Depuis 1997, l’indice de performance est accompagné d’un coefficient de précision qui dépend principalement du nombre d’épreuves disputées. Cependant, il prend également en compte le nombre de partants dans chaque épreuve, le classement du poney et l’homogénéité de la concurrence. Ce coefficient varie de 0 à 1 selon la quantité et la qualité des informations disponibles pour chaque équidé. Généralement, un coefficient inférieur à 0,6 est considéré comme peu fiable, assez bien s’il se situe entre 0,6 et 0,8, et probant s’il dépasse 0,8. Si sa valeur est trop faible, l’indice de performance devient alors “non significatif”. D’ailleurs, depuis 2014, seuls les IPO avec un coefficient supérieur ou égal à 0,6 sont publiés.
En ce qui concerne les notes, la moyenne est toujours de 100. La courbe des scores est alors symétrique à cette moyenne et 50% des poneys obtiennent chaque année un indice supérieur à 100. Environ 12% des poneys indicés atteignent 120 et seulement 1 à 2% dépassent les 140. À noter que les résultats obtenus par les poneys dans des épreuves Amateur ou Pro sont sanctionnés d’autres indices de performances, ceux des chevaux: ISO, ICC ou IDR selon la discipline pratiquée.



Extraordinaire Vedouz de Nestin

Du côté des poneys de saut d’obstacles, la saison 2020-2021 a couronné Vedouz de Nestin, et de loin. Pour la première fois de l’histoire des indices, chevaux et poneys, toutes disciplines confondues, un équidé a dépassé les 200, s’offrant un surréaliste IPO de 209! Alors que bien des passionnés jugeaient le record établi à 189 par Callas Residal en 2019 et Clémentine en 2020 difficile à battre, , le petit Connemara Part Bred a une nouvelle fois déjoué les pronostics. Vainqueur de sept épreuves As Poney Élite, sacré champion de France As Poney Élite Excellence et double champion d’Europe cet été à Strzegom, en Pologne, avec Jeanne Hirel, l’alezan foncé a touché la perfection. Au cours d’une année singulière mais particulièrement fructueuse pour l’équipe de France, le fils d’Imperial du Blin s’est imposé comme le maître incontesté. Ce record sera-t-il un jour battu? Sait-on jamais. Hélas, ce génie ne contribuera plus aux succès de l’équipe de France, ayant été vendu en Grande-Bretagne. Pour autant, dans l’intérêt des éleveurs, même sous selle étrangère, les poneys français continuent d’être indicés chaque année si leurs performances le méritent.
Si l’extraterrestre Vedouz et son record occupent les esprits depuis la parution des indices, cette année, deux autres poneys ont réussi à dépasser la “Queen Callas” et Clémentine. Boréale de Linkey, peu apparue en compétition depuis l’an dernier, a obtenu des places d’honneur à chacune de ses sorties, s’offrant notamment le doublé As Poney Élite vitesse et As Poney Élite Excellence de la tournée des As de Glatigny en juin. Ses bons résultats tout au long de la saison sous la selle de Léa Frisch, lors d’épreuves rassemblant le gratin du jumping Poney, ont ainsi contribué à faire d’elle le deuxième poney le mieux indicé de l’histoire, avec un IPO 197. De même, le crack d’Anna Szarzewski, Vaughann de Vuzit, a conclu sa saison avec un IPO 190. Principal rival de Vedouz, qu’il a souvent affronté au barrage, il a lui aussi déroulé une saison exemplaire. Vainqueur du Grand Prix CSIP de Cabourg Classic, l’événement organisé par GRANDPRIX Events, et de la Coupe des nations de Hagen, vice-champion de France As Poney Élite puis champion d’Europe par équipes et neuvième en individuel, il n’a certainement manqué à Vaughann qu’un peu de chance et un titre individuel pour venir faire de l’ombre à son compère de l’équipe de France.
Au total, vingt-trois poneys de saut ont été indicés à plus de 170, dont les champions d’Europe Dænerys d’Hurl’Vent (186) et le vice-champion individuel Ken van Orchid (172).

article-block4

Vaughann de Vuzit, champion d'Europe par équipes, détient le troisième meilleur IPO.

© Lukasz Kowalski



Boston du Verdon en concours complet

En concours complet, aucune surprise puisque le poney le mieux indicé, pour la deuxième année consécutive, n’est autre que le sublime Boston du Verdon. Troisième du championnat de France As Poney Élite, double champion d’Europe, vainqueur du CCIP 2*-L de Montelibretti, en Italie, puis de la Super As Poney Élite de Pompadour sous la selle de Maé Rinaldi, l’étalon n’a plus rien à prouver. Il a conclu sa fabuleuse année avec un IPC 170. Cette année, aucun autre n’est parvenu à dépasser un indice de 160, affirmant un peu plus la suprématie du bai dans cette discipline.  
Son coéquipier des championnats d’Europe, Voltair de Lalande, a été indicé à 158, récompense de sa belle saison. Sous la selle de Zoé Ballot, le petit alezan s’est classé à chacune de ses sorties, terminant notamment quatrième à Montelibretti puis vice-champion de France As Poney Élite. Aux Européens, il a grandement participé à la médaille d’or par équipes, se classant cinquième en individuel. Non loin derrière, Versailles des Morin, ancien poney de Louise Petitjean désormais sous la selle d’Ambroise Maindru, a obtenu un IPC 154. L’expérimenté fils de Rasmus a terminé deuxième du CCIP 2*-L italien, avant d’être récompensé d’une quatrième place aux championnats de France. En Pologne, il n’a couru qu’en individuel et s’est octroyé une superbe sixième place, récompense d’une belle régularité.
Même indice pour le champion de France As Poney Élite, Céleste du Montier. Pour sa deuxième saison au plus haut niveau et à neuf ans seulement, il s’est imposé comme un pilier de l’équipe nationale avec Mathieu Cuomo. Troisième en Italie, lors d’un CCIP qui a décidemment souri aux Bleuets, il a malheureusement connu quelques déconvenues à Strzegom. Après un dressage fortement apprécié, le petit bai a glissé lors du cross ce qui a entraîné un refus, donc vingt points de pénalité, mais ne l’a pas empêché d’empocher l’or par équipes. Enfin, le quatrième membre du quatuor européen, Winnetou, a obtenu un IPC 146 après s’être classé dixième en individuel lors de ce rendez-vous continental sous la selle de Valentin Quittet Eslan.

article-block6

Double champion d'Europe, Boston du Verdon a, cette année encore, imposé sa domination en concours complet.

© Lukasz Kowalski



La jeunesse s’impose en dressage

Petite surprise en ce qui concerne les IPD. En dressage, ce n’est pas un poney sélectionné aux championnats d’Europe qui a obtenu le meilleur indice, mais un tout jeune athlète de… cinq ans! Ainsi, RM Most Beautiful Boy a obtenu un IPD 148, sous la selle d’Alizée Roussel. Cet indice sanctionne la saison quasi-parfaite du fils de Movie Star. Sur le Cycle classique, il s’est imposé huit fois en neuf reprises, s’étant classé deuxième lors de sa sortie inaugurale. Il a glané le titre de champion de France lors des cinq ans mi-septembre à Fontainebleau.    
Derrière lui, on retrouve l’européen Under Cover Fast, habitué de l’équipe de France, mené cette année par Stella Briand à un IDR 147. Associé seulement de mai à septembre, le couple a su très vite faire ses preuves, prenant notamment la troisième place des reprises Équipe et Libre en Musique du CDIP du Mans et la deuxième de l’Individuelle. Aux championnats de France, le célèbre étalon s’est adjugé le bronze avant d’être sélectionné pour ses quatrièmes championnats continentaux! Excellente performance pour Follow Me Fast, qui n’est autre que le descendant d’Under Cover, décoré d’un IPD 147, comme son père. À six ans seulement, sous la selle de Cassandra Rouxel, le joli poney noir a jonglé cette saison entre les épreuves réservées aux poneys de son âge et les Grands Prix As Poney Élite – rien que ça! Après s’être imposé dans la Super As Poney Élite de Chaintré, le surdoué s’est offert le titre de vice-champion de France dans cette catégorie. Quelques semaines plus tard, après avoir remporté toutes les qualificatives auxquelles il a pris part, il s’est à nouveau adjugé l’argent, cette fois-ci en finale nationale des six ans.
Enfin, le champion de France As Poney Élite 2021, Dazzling Kid d’Herbord, s’est vu attribué un IPD?145 avec Blanche Carré Pistollet. Celui-ci est venu récompenser son titre national d’abord, mais aussi ses victoires dans l’Individuelle au Mans puis la Super As Poney Élite de Vierzon. Sélectionné cet été pour ses deuxièmes championnats d’Europe, le hongre de huit ans a été le seul membre du clan français à se qualifier pour la Libre, dont il a pris la dix-huitième place.