Le jeune Jack Whitaker régale le public londonien avec l’excellent Valmy de la Lande

La jeunesse britannique était prête à découdre sur ses terres, à l’occasion de l’épreuve majeure de la journée au CSI 5*-W de Londres. Si Harry Charles a terminé troisième avec une faute sur Valkiry de Zance, son ami et compatriote Jack Whitaker a ravi les tribunes du parc des expositions ExCel. Associé au Selle Français Valmy de la Lande, un fils de Mylord Carthago né chez Angeline, Pierre et Jérôme Leconte, le jeune homme s’est offert sa troisième victoire 5*. Il a devancé la Finlandaise Noora Forsten, seule autre double clear round de la soirée avec Con Caya. 



Brillant, ou plutôt rusé, Jack Whitaker ! Digne héritier de la dynastie Whitaker, le Britannique de vingt ans a réalisé la performance parfaite, samedi 18 décembre en soirée, pour s’emparer de l’épreuve majeure du jour du CSI 5*-W de Londres, délocalisé dans le parc des expositions ExCel. Juché sur l’excellent Selle Français Valmy de la Lande, qui s’était auparavant illustré sous la selle de son père, Michael, Jack a déroulé deux sans-faute dans le Longines Christmas Cracker, prix disputé sur des barres à 1,55m avec un barrage. Si le premier tour a permis à dix des vingt engagés de décrocher leur ticket pour la finale, le second s’est révélé bien plus délicat. En bon stratège, Jack a joué placé, déroulant un bon sans-faute, ni trop lent ni trop rapide, avec son agile gris, qui a vu le jour dans la Manche chez la famille Leconte. Stratégie payante puisque qu’ils n’ont été que deux à réaliser cette performance.

Avant même la fin du tour de Sameh El Dahan, représentant désormais la Grande-Bretagne, le téléphone de Jack Whitaker sonnait à tout va. “C'est difficile de mettre des mots sur ce que [cette victoire] signifie”, a réagi l’heureux lauréat après sa victoire auprès de British Equestrian"Je suis venu à ce concours toute ma vie - je ne l'ai manqué que deux fois depuis que je suis né ! J'ai vu mon père et tous les membres de ma famille gagner des tas d’épreuves. C’est génial et très important pour moi d’avoir [cette victoire] à mon actif. J'ai vu tout le monde faire tomber des obstacles, alors je savais que si je pouvais passer sans faute, j'aurais peut-être de la chance. Je ne pensais pas que j'allais gagner ! Je pensais que je serais troisième ou quatrième, peut-être deuxième, mais j'ai eu de la chance et ça a marché. Valmy est un très bon cheval. Il est juste un peu difficile à gérer dans un barrage comme celui-là. Quand le tracé est sinueux et tournant, ce n'est pas l’idéal pour lui parce qu'il devient chaud, donc je n'ai pas pu y aller à fond aujourd'hui, mais tout s'est bien passé. Nous l'avons depuis qu'il a six ans. Mon père l'a trouvé et nous l'avons acheté avec un propriétaire. Mon père a fait tout le travail difficile et j'ai juste pris le relais maintenant. Quand on vient à ces concours 5*, surtout lorsqu’on est dans mon cas, on doit prouver notre valeur et essayer d’engranger des points Ranking, et c’est ce que j’ai fait.” S’il ne s’agit pas de la première victoire 5* de Jack, déjà primé à Bois-le-Duc et Vérone cette année, celle-ci restera sans doute gravée dans la mémoire du jeune homme. Si son oncle, John, a été le plus chaleureusement applaudi par le public, la nouvelle génération britannique semble avoir déjà acquis les gradins à sa cause.



Ça passe (presque) pour Olivier et Mathieu, mais pas pour Kevin

Comme son ami Jack, le jeune Harry Charles, impressionnant cette saison du haut de ses vingt-deux ans, a conquis les spectateurs. Associé au séduisant Valkiry de Zance, autre fleuron de l’élevage français, né chez Frantz Cahart, dans le Morbihan, le Britannique a été le plus rapide ce soir, déroulant un barrage sur les chapeaux de roues. Malheureusement, une faute l’avant-dernier élément du tracé raccourci a relégué le cavalier olympique au troisième rang. Pour autant, son chronomètre de 36”39 n’a jamais été approché. La Finlandaise Noora Forsten n’a pas pris de risques inutiles avec sa toute bonne Con Caya, terminant deuxième et un score vierge. Une belle confirmation de la bonne forme du duo, dixième de l’étape Coupe du monde Longines de Vérone début novembre, et deuxième d’un Grand Prix 2* disputé à Riesenbeck, il y a deux semaines. 

Côté français, trois chances étaient au départ. Premier d’entre eux à entrer en piste, Kevin Staut a connu un début de parcours pour le moins surprenant. Visiblement déconcentrée à l’abord du premier oxer, l’expérimentée Visconti du Telman, qui a couru les championnats d’Europe Longines de Riesenbeck cet été, a… dérobé le numéro un, passant tout simplement à côté de l’obstacle ! Surprenant, et rageant, puisque derrière, le Normand n’a fait tomber aucune barre malgré quelques notes de musique. Avec deux points de temps dépassé en plus de cette désobéissance, le couple a fini en bas de tableau.

Le bilan est meilleur pour Olivier Robert et Mathieu Billot. Ce dernier avait sellé H, récent vainqueur de la finale du Grand National FFE/AC-Print, jouée au Mans. La paire s’est qualifiée au barrage, mais a péché sur le premier plan de l’élément a du diabolique double numéro trois. Tous deux terminent sixièmes. Dans un bon train et montrant une belle fluidité, Olivier Robert aurait pu rafler la mise. Sa Velvote des Aubiers, Selle Français imprégnée de sang Pur-Sang qui ne cesse de monter en puissance, a livré une copie très honorable, entachée d’une micro touchette des postérieurs sur le deuxième plan de cette même entrée de combinaison. Dommage, mais, à n’en pas douter, le couple fera encore parler de lui à l’avenir !

Les résultats complets ici.