“Mon objectif est de remonter dans le classement mondial”, Mathieu Billot

Mathieu Billot, membre de l’équipe de France de saut d’obstacles, était présent le week-end passé au CSI 5*-W de Londres, où il a manqué de chance avec Lord de Muze et connu un bon motif de satisfaction avec le jeune H. À trente-six ans, le Normand qui a honoré deux nouvelles sélections en grands championnats cette année, espère poursuivre sur sa lancée en 2022. Grâce à un piquet de chevaux d'avenir, il compte également figurer parmi les premiers en lice vers Paris 2024.



Le week-end passé, à l'occasion du CSI 5*-W Londres, vous vous êtes placé douzième de l’étape de la Coupe du monde et treizième d’une épreuve à 1,55m avec Lord de Muze.  Quel est votre sentiment à l’issue de ce concours de fin d’année? 
C’était vraiment un super concours et nous sommes très heureux d’avoir pu y participer, surtout avec les restrictions sanitaires qui se multiplient un peu partout. Lord de Muze a fait une bonne saison et a très bien sauté malgré quatre petits points sur le vertical numéro quatre dans la Coupe du monde. La veille, nous terminons treizièmes avec une barre sur le dernier obstacle. Nous n’avons pas eu de chance! Il a bien sauté, est en forme et devrait être présent avec moi à Bordeaux où nous espérons signer une belle performance. Avec lui, tous les feux sont au vert même si je n’ai pas beaucoup pris de points au classement général de la Coupe du monde, ce qui est regrettable (après deux étapes courues, le Normand pointe à la cinquante-quatrième place avec cinq points, ndlr)

Comment se portent vos différents chevaux?
Mes chevaux vont bien, j’en ai même de nouveaux pour l’année prochaine dont, H (KWPN, C Indoctro x Emilion), qui appartient à Serge Batailler et qui a gagné la finale du Grand National et qui s’est classé sixième d’une 1,55m à barrage à Londres. Il n’a que neuf ans donc il manque encore un peu d’expérience, mais c’est un très bon cheval. J’ai également récupéré l’ancien cheval de Pénélope Leprévost, propriété de Monsieur Mourin, Baschung Courcelle (SF, Lamm de Fetan x Jazz Band Courcelle), en qui je fonde beaucoup d’espoirs. Quel Filou (Bavar, Quidam’s Rubin x Cascavelle) est en pleine forme et réattaquera dehors car il est bien meilleur en extérieur. J’ai également plusieurs sept ans très performants dont Enfer de Grasset (SF, Balou du Rouet x Oberon du Moulin), Kansas van de Hagenhorst (KWPN, Carembar de Muze x Toulon) et Fulldollar de Raygade (SF, El Torreo de Muze x Dollar du Murier). Pour l’avenir, j’ai un bon piquet fourni composé de très bons chevaux, ce qui annonce de belles choses pour la saison prochaine. 

Globalement, quel bilan tirez-vous de cette année 2021? 
Ce fut globalement une bonne année. J’avais plein de chevaux à préparer la saison prochaine et ils le sont désormais. J’ai été sélectionné pour les Jeux olympiques, ce qui a été un moment marquant. En raison des Jeux, Filou a moins sauté, alors forcément, sans mon cheval de tête j’ai totalisé un peu moins de gains que l’année précédente. L’objectif pour nous était les Jeux et les championnats d’Europe, nous ne pouvions pas tout courir alors nous avons fait le choix de l’économiser cette année pour ces deux échéances. Nous aurions évidement aimé ramener une médaille, nous sommes passés très proche, mais il en a été autrement. 

article-block2

Mathieu Billot et H sur le Grand Prix Pro Elite de la finale du Grand National 2021

© FFE/PSV



“Je ferai tout pour aller aux Jeux en 2024”, Mathieu Billot

Cette année, vous avez passé un nouveau cap dans votre carrière en participant à deux grands championnats et êtes désormais un pilier de l’équipe de France. Comment vivez-vous ce nouveau stade dans votre carrière? 
Pour l’instant les piliers sont Pénélope, Kevin et Simon mais faire partie de l’équipe de France est très satisfaisant. Je pense avoir passé un cap cette année mais il faut désormais asseoir ma position, continuer de progresser et travailler pour être plus performant l’année prochaine. Nous avons participé à deux championnats sans ramener de médaille, il faut donc absolument remédier à cela la saison prochaine.
Pour moi, rien n’a changé depuis ma sélection en équipe de France. Je travaille beaucoup avec Henk Nooren, qui m’aide beaucoup. C’est un super entraîneur et nous avons beaucoup de chance de l’avoir. Il faut continuer, ne rien changer. J’ai la chance d’avoir des propriétaires qui me suivent, des bons chevaux et nous allons essayer de poursuivre en ce sens. 

Comment allez-vous vivre vos fêtes de fin d’année? Allez-vous aller faire du ski?
Je ne skie pas mais je ferai en revanche un peu de polo cet hiver en plus de passer du temps auprès de ma famille.

Quels seront vos objectifs pour 2022 et quand reprendrez-vous la compétition ?
Mon objectif principal est de remonter dans le classement mondial car je n’avais pas encore de chevaux prêts pour m’y aider et j’ai passé beaucoup de temps à les former. Si les chevaux sont bien, pourquoi ne pas courir les championnats du monde si cela est possible. Je reprendrai la compétition à Bordeaux et Vilamoura dès le mois de février.  

Quel sera le programme pour Quel Filou l’année prochaine ? 
Quel Filou sautera les trois Grand Prix à Vilamoura pour se mettre en route, comme il le fait tous les ans. Suivant sa forme, car il va avoir seize ans, j’espère pouvoir courir en 5*, en Coupes des nations et les championnats du monde.

À plus long terme, les Jeux olympiques de Paris 2024 sont-ils dans un coin de votre tête? 
Les Jeux olympiques sont dans un coin de notre tête à tous et je ne fais pas exception. J’y pense et je ferai tout pour y aller.

article-block4

Mathieu Billot et Lord de Muze à l'occasion de la coupe des nations de Barcelone

© Sportfot