Leone Jei, le géant surdoué de Martin Fuchs qui fait déjà partie des très grands

Leone Jei est de ces prodiges à qui tout semble évident, et c’est peut-être pour ce trait commun qu’il a trouvé en Martin Fuchs son interprète idéal. À seulement neuf ans, le hongre gris par Baltic VDL est déjà monté sur les podiums de trois des plus emblématiques Grands Prix de la scène internationale, dont récemment à Genève, où son cavalier a soulevé le trophée du vainqueur, deux ans après son sacre avec Clooney 51. Ce n’est pas tout, puisqu’il compte également deux médailles européennes, glanées à Riesenbeck en septembre. En quelques mois, Leone Jei est passé du statut de cheval plein de promesses à l’un des plus grands que la scène internationale connaisse actuellement. Quelques-uns des hommes de sa vie ont accepté de raconter son itinéraire. 



Leone Jei est né le 23 mars 2012 à Udenhout, à une vingtaine de kilomètres au sud de Bois-le-Duc. Hay El Desta Ali devrait-on d’ailleurs plutôt dire, puisqu’il s’agit du nom que lui avait donné son éleveur G.M Van Mersbergen, avant que le hongre ne soit rebaptisé à son arrivée chez son cavalier actuel, le prodige suisse Martin Fuchs. Il est le fruit du croisement entre Baltic VDL, qui a produit une vingtaine de chevaux évoluant au moins à 1,50m et Dara, qui avait pour père le bien connu Corland. L’itinéraire de Leone Jei est pavé de rencontres avec des hommes qui ont permis à son talent de s’exprimer sur la scène internationale, jusqu&rsqu...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe