Vedouz de Nestin est le poney de l’année 2021

Durant la période des fêtes, GRANDPRIX revient sur les événements, les faits, les femmes, les hommes et les équidés qui ont marqué 2021. Du côté des poneys, le choix a été relativement aisé. Champion de France, double champion d’Europe et titulaire d’un IPO de 209, un record, Vedouz de Nestin est sans conteste LE poney de l’année. Retour sur l’hégémonie de l’alezan foncé.



C’est en 2009, chez Louis-Paul Duthoit, dans le Loiret, que Vedouz de Nestin pointe le bout de son nez. Fils du célèbre poney Impérial du Blin et de Leila du Nereau, une Selle Français par O Malley, il ne suit pas un parcours classique. En effet, tout au long de sa jeunesse, il enchaîne les classements lors d’épreuves Clubs et Poneys à différents niveaux, ne prenant part qu’à une seule épreuve réservée aux poneys de sept ans. L’année de ses huit ans, il évolue même sur le circuit Amateur, lors d’épreuves à 1,15m et 1,20m. C’est en septembre 2017 qu’il croise la route de Jeanne Hirel. Après quelques sorties réussies en As Poney 2 et 1, le couple s’élance en novembre dans ses premières As Poney Élite. En janvier 2018, il connaît sa toute première victoire à ce niveau lors de la Tournée des As de Pitray et conclut quelques mois plus tard son premier championnat de France dans cette catégorie à la septième place.

Longtemps caché dans l’ombre d’Armène du Costilg, autre star de Jeanne avec qui elle a évolué en équipe de France jusqu’en 2019, Vedouz de Nestin est hissé sur le devant de la scène lorsque cette dernière rejoint la Grande-Bretagne. En 2020, situation sanitaire oblige, le couple connaît une saison presque blanche, ponctuée seulement de quelques apparitions sur la Tournée des As, avant que la machine Vedouz ne se remette en route début 2021 pour connaître la plus belle année de sa carrière.



Les championnats d’Europe, théâtre d’une consécration

article-block3

Avec Jeanne Hirel, Vedouze de Nestin s'est adjugé les deux médailles d'or mises en jeu lors des championnats d'Europe FEI de Strzegom.

© Lukasz Kowalski / FEI

En janvier, parmi les chevaux, il s’empare de deux épreuves Pro 3 à 1,20m et 1,25m, puis d’une deuxième place dans une Pro 2 à 1,30m lors d’un concours à Aix Meyreuil. Après une nouvelle pause forcée due à l’épizootie de rhinopneumonie, il s’offre un doublé lors de la Tournée des As de Saint Cyprien en remportant l’épreuve de vitesse du premier jour et le Grand Prix As Poney Élite Excellence le lendemain. Dans le temple du poney nommé Hagen, en mai, Vedouz et Jeanne imposent leur cadence. Après une troisième place dans une épreuve à 1,25m, le couple s’offre le cinquième rang de l’un des Grands Prix les plus difficiles du circuit, dont les obstacles s’élèvent à 1,35m, après avoir renversé une barre au barrage qui sera d’ailleurs la deuxième et dernière à tomber à terre sur leur passage durant la saison 2021! Le week-end se termine en apothéose pour Vedouz avec un double sans-faute et une victoire dans la Coupe des nations aux côtés de ses futurs complices des championnats d’Europe Clémentine – qui venait d’ailleurs de s’imposer dans le Grand Prix avec Lola Brionne, Vaughann de Vuzit et Daenerys d’Hurl’Vent.

Le couple formé par Jeanne Hirel et son complice part ensuite à l’assaut de la Tournée des As de Nîmes Centaure en juin, s’emparant une nouvelle fois des deux épreuves phares. Lors des championnats de France des As, au Mans, en juillet, Vedouz de Nestin talonne son éternel rival Vaughann de Vuzit. Alors en tête du championnat lors de la finale, le superbe gris écope d’une faute, laissant échapper le leadership à la “machine Vedouz.” Le fils d’Impérial du Blin est donc, logiquement, sacré champion de France As Poney Élite Excellence.

Naturellement sélectionné pour l’échéance européenne de Strzegom, en Pologne, l’alezan foncé aborde cette échéance en tant que favori avec l’équipe de France. Trois parcours parfaits plus tard, les Bleuets sont champions d’Europe par équipes! Exultation, consécration, joie, pleurs, les émotions sont nombreuses. Vedouz vient d’accrocher un nouveau titre à son palmarès en l’espace d’un mois. Pour autant, aucun droit de se relâcher, car il pointe en tête du classement individuel avant la finale qui aura lieu deux jours plus tard.

Dimanche 15 août 2021, la journée débute par le sacre collectif des cavaliers de concours complet et celui de Maé Rinaldi et Boston du Verdon en individuel ; de quoi laisser présager de belles choses. En début d’après-midi, les sauteurs entrent en piste. Jeanne l’avait annoncé quelques jours plus tôt, “Vedouz est toujours très en forme!” Et c’était peu dire. Avalant un à un les obstacles, il réalise un premier parcours parfait. Avant l’ultime manche, le clan français le sait : le couple doit sortir de piste avec un point au maximum pour être sacré. S’il écope de deux pénalités, il devra barrer contre Marie-Ann Sullivan et Ken van Orchids, et s’il met une barre à terre, il laissera l’or à ce duo. Après un parcours musclé rythmé par les foulées d’un Vedouz de Nestin qui ne semble absolument pas fatigué, le couple décroche le Graal, l’or individuel!



L'avenir s'écrira sous couleurs britanniques

Au total, Vedouz de Nestin a disputé quatorze compétitions Poneys en 2021 pour se classer à treize reprises, obtenir trois titres en championnats et un IPO 209, un record absolu dans l’histoire des indices de performances. En novembre, l’épopée a pris fin, lorsque Jeanne Hirel a annoncé la vente de son poney de cœur. Tout le monde s’y attendait, bien que chacun, y compris sa cavalière, nourrisse l’espoir de voir l’incroyable poney continuer sous les couleurs tricolores. Le hongre a finalement traversé la Manche pour rejoindre les écuries ESM Equestrian de Sophie Evans. Coïncidence, il s’en est allé rejoindre son rival et désormais voisin de box, Vaughann de Vuzit, acheté pour Madison Seedhouse. Désormais, l’avenir de Vedouz s’écrira donc en anglais et qui sait, peut-être pourrons nous voir l’année prochaine une équipe britannique formée intégralement de cracks français? Un quatuor Vedouz de Nestin, Armène du Costilg, Vaughann de Vuzit et Sligo de Mormal mettrait, pour sûr, encore un peu plus en lumière la qualité de l’élevage français et du système hexagonal de formation des poneys de sport.