Mark McAuley révèle le brillant Django Ste Hermelle à Oliva

Déjà lauréat du petit Grand Prix hier avec son indissociable Miebello (SWB, Quite Easy x Cardento) Mark McAuley a une nouvelle fois planté le drapeau irlandais cet après-midi à Oliva. Le cavalier des écuries La Tuilière, qu’il gère aux côtés de son épouse Charlotte, s’est imposé dans l’épreuve reine du CSI 3* avec Django Ste Hermelle, qui devrait faire parler de lui à l’avenir. Il a supplanté Christian Kukuk sur Nice van’t Zorgvliet et Olivier Philippaerts avec Miro, tandis que Félicie Bertrand a été la meilleure française avec Dakrar.



Il n’aura fallu que quatre Grands Prix à Django Ste Hermelle (SF, Upercut Kervec x Andiamo) pour prendre la mesure de sa tâche, avant d’enfoncer le clou à l’occasion de sa cinquième tentative. Cet après-midi, sous un temps maussade mais sur la piste principale Oliva Nova, le longiligne alezan monté par l’Irlandais Mark McAuley a en effet signé sa toute première victoire internationale en remportant le Grand Prix CSI 3*. Né en Belgique à l’écurie de Ste Hermelle puis formé par le Brésilien Rodrigo Bass, le Français Clément Migacz, le Colombien Fabio Andre Rodriguez, ou encore le Nordiste Anthony Delage, Django Ste Hermelle a intégré les écuries de Mark McAuley en début d’année 2021.

Comme un beau présage, la pluie s’est invitée pour le barrage, la météo ayant certainement décidé de donner un indice sur l’identité du vainqueur – Irlandais – prématurément. Dernier à partir, Mark McAuley savait ce qu’il avait à faire en s’élançant : abaisser le chronomètre de 38“77 de l’Allemand Christian Kukuk, qui semblait jusqu’alors imprenable avec l’efficace Nice van’t Zorgvliet (BWP, Emerald x Heartbreaker). Il faut dire que le cavalier à la veste grise avait signé un parcours particulièrement fluide avec l’alezan présentant une tâche sous le ventre, si ce n’est l’abord du dernier oxer, face auquel une reprise musclée a fait perdre un étrier à l’Allemand. 

Pas de quoi impressionner Mark McAuley, qui a lancé son propre alezan à pleine vitesse, profitant notamment de sa foulée gigantesque pour grappiller quelques centièmes. En franchissant la ligne d’arrivée, le couple s’est finalement offert le luxe de s’imposer avec près d’une seconde d’avance, arrêtant le chronomètre en 37“82. “Je suis plus qu’heureux de mon cheval. Lorsque j’en ai fait l’acquisition il y a environ un an, je savais qu’il avait la trempe de gagner de telles épreuves”, s’est réjoui Mark McAuley de retour au paddock.

Au barrage, j’ai pu faire une foulée de moins dans quelques lignes, ce que personne n’avait fait avant moi je crois. J’ai donc un peu sauté dans l’inconnu, mais mon cheval a une foulée immense et adore aller vite et sauter. Il y avait beaucoup de double zéro avant moi, donc je me suis dit que je devais tenter ma chance”, a-t-il ensuite analyséSon complice du jour a par ailleurs la particularité d’avoir perdu son œil droit. Une singularité qui n’a d’ailleurs pas empêché les inoubliables Tornesch ou Cornado NRW de faire carrière avant lui. Django est très talentueux, et je pense que s’il avait deux yeux, il serait imbattable ! (rires)”, s’en amuse Mark McAuley avant d’être appelé pour la remise des prix. 

Déjà lauréat du petit Grand Prix avec l’inoxydable gris de dix-huit ans Miebello la semaine passée et une nouvelle fois hier, Mark McAuley repartira donc d’Oliva avec une nouvelle collection de flots, lui qui s’apprête traverser l’Atlantique pour se rendre à Wellington, où il concourra pour la première fois pendant près de deux mois. “J’ai réalisé un super concours ! Les conditions sont si parfaites ici à Oliva qu’on ne peut qu’en profiter. Je crois que cela m’aide à performer”, a-t-il conclu. 



Une dernière ligne qui piège même les cadors

Les alezans s’étaient donné le mot aujourd’hui puisqu’avec sa bascule de postérieurs particulière, Miro (BWP, Diamant de Semilly x Kannan) a permis à Olivier Philippaerts de s’offrir une belle troisième place grâce à un temps de 38“87. Le couple a sûrement perdu de précieux centièmes lorsque le hongre s’est déporté vers la gauche à l’abord de l’ultime effort. Avec une motivation perceptible jusque dans l’équitation, la Britannique Lily Attwood a cette fois dû se contenter d’une place au pied du podium avec Cor-Leon vd Vlierbeek Z (ZANG, Calvaro x Omar). 

Pour la France, aucun des onze partants n’est parvenu à se qualifier pour le barrage, mais Félicie Bertrand et Simon Delestre se sont tout de même placés respectivement neuvième et onzième. La Normande avait sellé pour l’occasion Dakar (KWPN, Douglas, Emilion), un étalon monté dans le plus simple appareil, en mors simple et sans martingale. À quatorze ans, il signe là l’une de ses plus belles performances malgré un point de temps dépassé, quelques mois après sa deuxième place dans le Grand Prix CSI 3* de Canteleu. Le Lorrain continue quant à lui d’aguerrir le très volontaire Dexter Fontenis Z (ZANG, Diarado x Voltaire), fautif sur l’oxer n°2 lors du parcours initial. Un obstacle qui a également privé Fanny Guerdat Skalli de barrage avec la surpuissante Jonka-A (BWP, Cardento x Chin Chin). Partie en tout début d’épreuve, Pénélope Leprevost a quant à elle été écartée du parcours réduit pour une faute dans le double de Texas (SWB, Tornesch x Robin Z), qui a de nouveau montré un grand potentiel. 

La dernière ligne comprenant le triple le long des tribunes a causé du tort à quelques grands noms dont Steve Guerdat, piégé à une reprise avec la jeune Dynamix de Belheme (SF, Snaike de Blondel x Cornet Obolensky), mais aussi Roger-Yves Bost et le tendre Bluemuch des Baleines (SF, Chacco Blue x Clinton), Scott Brash et l’un de ses meilleurs chevaux Hello Shelby (HANN, Stolzenberg x For Pleasure), ou encore le numéro un mondial Peder Fredricson avec H&M Christian K (KWPN, Namelus x Calvados). 

Les résultats ici