Tonic d’Aspe, la fureur de vivre

L’été dernier, le microcosme du poney a été bouleversé par le combat de Tonic d’Aspe, victime de graves problèmes de santé. Figure importante du saut d’obstacles depuis de nombreuses années, le petit bai brun a subi plusieurs coups du sort, perdant partiellement la vue. Grâce aux vétérinaires, à la patience de Yunaë Croizier, sa cavalière et propriétaire, ainsi qu’à la confiance qui les unissait, il a pu entamer un long chemin vers la guérison et une reconversion… en dressage! Une belle histoire qui force l’admiration et le respect.



Au printemps 2019, à l’approche de ses dix-sept ans, Yunaë Croisier recherche son futur poney de Grands Prix, qui accompagnera sa dernière année dans cette catégorie. À l’époque, elle tombe sur l’annonce de Tonic d’Aspe, qui concourait alors sous la selle de Camille Fontaine. Après un essai concluant, le seul que la jeune cavalière ait réalisé, il la rejoint dès le mois de mai dans la Sarthe. Le début d’une aventure vraiment pas comme les autres.Retour en arrière. Né en 2007 chez Jean-Jacques Garcet Lacoste à Accous, dans les Pyrénées-Atlantiques, Tonic d’Aspe est issu d’un père Anglo-arabe, Vunix, et d’une m&egra...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe