Stéphane Landois signe la plus belle victoire de sa carrière à Saumur

Stéphane Landois a célébré la plus belle victoire de sa carrière, cet après-midi à Saumur, où il a remporté la première étape du Grand National de concours complet. Associé à Chaman Dumontceau, le cavalier établi en Charente-Maritime n’a rien lâché, devançant finalement le jeune Mathis Portejoie, deuxième sur Ivan, et Camille Lejeune, troisième avec Good Size des Quatre Chênes.



Stéphane Landois a tenu bon cet après-midi à l’École nationale d’équitation de Saumur. En tête de la première étape du Grand National depuis vendredi, en selle sur Chaman Dumontceau, le cavalier de vingt-sept ans a signé l’un des quinze sans-faute de l’atelier final de saut d’obstacles. Sur un parcours sans grande difficulté, pour un concours de niveau 4*, le jeune homme installé au haras des Sens, à Salles-sur-Mer, en Charente-Maritime, n’a pas cédé à la pression, lui qui s’est élancé le dernier, sans droit à l’erreur. Son hongre Selle Français de dix ans par Top Berlin du Temple et une mère par Narcos II, que l’on avait découvert sous la selle de la regretté Thaïs Méheust a répondu à toutes ses demandes, comme vendredi au dressage et hier au cross. Une victoire nette et précise avec une pénalité finale de 27,1 points, mais surtout riche de symboles, et saluée de tous, même si l’on aurait aimé voir davantage de public autour de la carrière saumuroise. La plus belle de la carrière de ce cavalier longiligne et assez réservé, qui représente l’écurie Kineton/Picoty Atlantique dans le Grand National, aux côtés d’Alexis Goury et Laura Ballot.

Sous les yeux de Thierry Touzaint, sélectionneur national, et de Patrice Delaveau, nouvel entraîneur adjoint en charge de l’hippique, quinze des trente concurrents qui sont entrés en piste cet après-midi ont donc réussi un tour parfait. Conséquence mathématique évidente de cette statistique, les fautes ont coûté cher à leurs auteurs. Deuxième au provisoire avec son inséparable Romantic Love (SF, L’Arc de Triomphe x Shercame, Ps), Gwendolen Fer en a fait les frais, renversant l’obstacle numéro 5, ce qui l’a reléguée à la quatrième place (31,9). Son crack est toutefois apparu en excellente forme. Même cause, avec une faute dès le 3, et mêmes effets pour Thomas Carlile et Darmagnac de Béliard (34,4 ; Canturo x Barbarian), qui ont reculé de la cinquième à la neuvième place. Le Toulousain installé dans la Sarthe a aussi conclu avec quatre points son tour sur Zanzibar Villa Rose (Z, Zandor x Arioso du Theillet), battu sur la sortie du triple placé en 6, qui est redescendu du sixième au quatorzième rang. Rien de grave évidemment pour ce couple, que l’on devrait voir début mai à Badminton, classique des classiques, de retour au calendrier après deux éditions annulées. Pénalisé de deux barres avec Aisprit de la Loge, battu sur les éléments 8 et 12, Gireg Le Coz, neuvième après le cross, a fini vingtième.



La jeunesse triomphante!

On l’aura compris, le classement issu du dressage n’a guère été chamboulé, ce qui est plutôt logique pour un concours de rentrée. Et le principal enseignement, fort réjouissant, de cette première étape est la poussée de la nouvelle génération. Non seulement la victoire est donc revenue à Stéphane Landois, mais la deuxième place a récompensé la très, très belle prestation de Mathis Portejoie (écurie I-Bride/TRM), qui vient de fêter ses vingt-cinq ans, associé à Ivan (29,1; KWPN, Dexter R x Tolan R), neuf ans (29,1). Jeune cavalier, jeune cheval, très grand potentiel. Il ne fait aucun doute que l’ancien dresseur, qui avait enchaîné les championnats d’Europe Jeunes, a tout d’un grand complétiste. Sans intention de brûler les étapes, il vise le CCI 4*-L de Lignières, en fin de saison. Troisième sur le tout bon étalon Good Size des Chênes (30; sBs, King Size x Figaro de Belle), Camille Lejeune (RM for You/Gorille Cycles), malgré son patronyme, faisait figure de doyen sur le podium… à trente-quatre ans! Magnifique cinquième place d’une autre jeune, Julie Simonet, âgée seulement de vingt ans, soit quatre de plus que l’exceptionnel Sursumcord’Or (32; AAC, Yarland’s Summer Song x Prince Ig’or), qui vivait là sa première Pro Élite.

Deux cavaliers d’expérience, Nicolas Touzaint et Donatien Schauly, se sont intercalés aux rangs six, sept et huit avec équidés de neuf ans des plus prometteurs: le premier avec Diabolo Menthe (32,6; SF, Scareface de Mars x Caesar van de Helle) et le second sur Django des Equus*Mili (33,6 ;SF, Top Gun Semilly x Bibrahim du Moulin) et Dgin du Pestel*Mili (34,1; SF, Nartago x Verdi). Conclusion: il y aura des rendez-vous plus sélectifs dans les mois à venir, mais le réservoir du complet français continue à s’élargir, ce qui de très bon augure en vue des Mondiaux de Pratoni del Vivaro, les Européens du Pin-au-Haras et les Jeux olympiques de Paris 2024.

Le podium de cette première étape du Grand National de complet a fait la part belle à la jeunesse, cet après-midi à Saumur.

Le podium de cette première étape du Grand National de complet a fait la part belle à la jeunesse, cet après-midi à Saumur.

© PSV Morel/FFE



Dans l’épreuve Pro 1, où ont concouru d’autres chevaux prometteurs ou ayant déjà performé à haut niveau, la hiérarchie issue du cross n’a pas été bouleversée aujourd’hui. Astier Nicolas s’est imposé avec Alertamalib’Or (AACr, Yarland’s Summer Song x Prince Ig’or), comptant 26 points, et Baladin de l’Océan*La (29,5; AA, Véloce de Favi x Noyalo), devant Nicolas Touzaint, troisième sur Calipsso de l’Illon (31,1; SF, Quite Easy x Damiro B), Alexis Goury, quatrième avec Trompe l’Œil d’Emery (32,4; SF, Imprévu se la Cour x Fury de la Cense), et Cédric Lyard, cinquième associé à Unum de’Or (32,7; AAC, Yarland’s Summer Song x Prince Ig’or).

La prochaine étape du Grand National se tiendra à Arnac-Pompadour, en Corrèze, du 31 mars au 3 avril.

Le classement de la Pro Élite
Le classement de la Pro 1