Le génome parfait existe-t-il chez le cheval de sport?

Choisir sa robe, ses balzanes, son sexe et ses aptitudes… Qui n’a pas rêvé un jour de faire naître le poulain parfait? Avec la généralisation du recours aux techniques modernes de reproduction, comme le transfert d’embryon, le clonage ou le sexage, l’espoir de concevoir un cheval sans défaut augmente. Pourtant, bien que la science avance chaque jour un peu plus, rien ne reste aussi imprévisible que la génétique. Depuis le séquençage complet du génome de la toute première jument Pur-sang Twilight en 2007, les choses progressent à pas comptés.



Ce fut d’abord le transport de doses réfri­gérées, lancé par les Haras nationaux, puis la généralisation de la semence congelée, suivie du transfert d’embryon, du clonage et des ponctions ovocytaires, repoussant chaque fois un peu plus les limites du possible… De là à atteindre le génome parfait, c’est-à-dire l’ADN idéal pour telle ou telle discipline, il reste tout de même un pas que la science ne permet pas encore de franchir. “Je ne pense pas que l’on puisse obtenir un génome parfait”, affirme Alline de Paula Reis, maître de conférences à l’École nationale vétérinaire d’Alfort. “To...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe