De Semilly, de Beaufour, de France et du monde, Diamant est éternel (1/2)

Diamant de Semilly s’est éteint le 15 février à l’âge de trente et un ans, provoquant un très vif émoi parmi les amateurs d’équitation et d’élevage de chevaux de sport. Sacré champion du monde par équipes en 2002 à Jerez de la Frontera puis vice-champion d’Europe par équipes en 2003 à Donaueschingen avec Éric Levallois, son inséparable cavalier, Diamant fut incontestablement le meilleur étalon français des deux dernières décennies. Il laisse derrière lui pléthore de gagnants au plus haut niveau, ainsi que des étalons et poulinières qui continueront sans nul doute à engendrer de nombreux champions dans les années à venir. Hommage à un véritable chef de race.



La mort de Diamant de Semilly, survenue le 15 février à Beaufour-Druval, dans le Calvados, et annoncée le lendemain, a suscité une vive émotion sur les réseaux sociaux. Il faut dire que le bai ne laissait personne indifférent, eu égard à ses qualités sportives, sa descendance, son destin et sa personnalité hors du commun. Ce n’est pas juste un très bon cheval qui a poussé son dernier souffle au haras de Beaufour, mais bel et bien une légende. “Notre très cher Diamant s’en est allé... C’est avec le cœur lourd que nous vous annonçons que notre légende, l’emblème du haras, nous a quittés, hier matin”, a écr...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe