Baschung Courcelle, un tardif qui ne connaît pas la crise

Porté par un “désir fou que rien ne chasse”, pour reprendre les paroles de l’artiste à qui il doit son nom, Baschung Courcelle n’a pas dit son dernier mot. Au contraire. À onze ans, le hongre a remporté son premier Grand Prix CSI 3* fin février à Vilamoura sous la selle de Mathieu Billot, grâce à une réactivité restée sans égale. Une victoire qui intervient cinq ans après la première, célébrée au CSI Jeunes Chevaux de Vichy avec Brice Brassart. Rien d’étonnant pour ce grand et talentueux cheval que son entourage a su laisser mûrir.



Baschung Courcelle est né le 21 mai 2011 chez Yves Chauvin à Bruailles, en Saône-et-Loire. Ce Selle Français est un savant mélange entre deux fortes ascendances : Lamm de Fétan et Jazz Band Courcelle. Son père, Lamm de Fétan (SF, Fergar Mail x Le Tot de Sémilly), fut champion de France des sept ans puis classé parmi les meilleurs performers mondiaux sous la selle de Timothée Anciaume, remportant les Coupes des nations d’Aix-la-Chapelle et Lummen et participant aux championnats d’Europe de Windsor en 2009. Jazz Band Courcelle (Le Tot Sémilly x Almé), son grand-père, est né chez l’ancien président du Stud-book Selle Français et de la Société hi...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe