Erwan André, ou l’art de créer du lien

Cavalier de saut d’obstacles de niveau national, Erwan André façonne et fait briller aussi bien les jeunes chevaux qu’il forme que le métal qu’il aime tant travailler. Des Côtes-d’Armor à l’Ille-et-Vilaine, le Breton de cinquante-quatre ans, passionné et polyvalent, a fait du cheval sa profession et sa source de création.



Bien loin des événements de mai 68, qui commencent alors déjà à secouer la capitale, c’est en avril, à Plérin, commune limitrophe de Saint-Brieuc et la troisième plus peuplée des Côtes-d’Armor, qu’Erwan André voit le jour. Son père dirige alors le centre équestre de la Porte-Bréhand, dans cette même ville bretonne. “J’y ai donc pratiquement grandi”, explique d’emblée Erwan, avant de préciser que “l’histoire avait commencé avec mon grand-père”. Piqué par le virus transmis par son fils, l’aïeul transforme son exploitation de vaches laitières en poney-club; une structure reprise p...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe