Le cheval, un citoyen qui a de l’avenir en Europe

Le 1er avril à Saumur, l’École nationale d’équitation a reçu un colloque organisé par l’Institut français du cheval et de l’équitation, en partenariat avec Laetitia Saint-Paul, vice-présidente de l’Assemblée nationale et députée du Maine-et-Loire, et en collaboration avec le Réseau européen du cheval. Ayant pour thème “Le cheval: un atout dans le monde d’après en France et en Europe”, cet événement, labellisé présidence française de l’Union européenne 2022, était soutenu par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation ainsi que par le ministère chargé des Sports. Au programme, trois tables rondes visant à assoir l’importance de ce citoyen quadrupède singulier dans l’espace européen.



Non, ce rendez-vous n’était pas que la réunion de quelques passionnés et acteurs du monde du cheval venus faire un point sur leur quotidien et leurs problématiques. Organisé dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne, ce colloque se voulait comme un signal fort de rassemblement autour du cheval et des apports de ce dernier dans l’espace européen. À l’issue de cette journée, la conclusion s’est naturellement imposée sans appel: le cheval s’inscrit bel et bien dans le monde de demain. Loin d’un retour en arrière, son utilisation dans de nombreux domaines en fait un atout pour le monde agricole de demain et un générat...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe