Histoires de famille, encore et toujours, en équitation et dans bien d’autres sports

Être présenté (e) comme le fils ou la fille d’unetelle ou d’untel peut être dur à vivre. Pourtant, en équitation, pouvoir s’appuyer sur l’expérience d’un parent est souvent un atout primordial dans la quête du succès. Pénélope Leprevost et sa fille Éden, sacrées championnes de France Pro Élite et Pro 1 le week-end dernier à Fontainebleau, en sont une belle illustration. Clé de voûte: la transmission.



Dimanche midi, Pénélope Leprevost a été sacrée championne de France Pro Élite au stade équestre du Grand Parquet de Fontainebleau… au lendemain du sacre de sa fille, Éden Leprevost Blin Lebreton, en Pro 1. L’histoire est belle, forcément. Peut-être plus que dans tous les autres sports, l’histoire des sports équestres est remplie de ces sagas familiales. Les Brésiliens Nelson et Rodrigo Pessoa, les Philippaerts grand-père, père et fils en Belgique, la tentaculaire famille Whitaker en Grande-Bretagne, les Millar au Canada, les van Asten, van der Vleuten, Thijssen et Schröder aux Pays-Bas, Rothenberger et Tebbel en Allemagne, sans oublier nos Balanda, Rozier, Parot, Angot, ...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe