“J’aime le concours complet, mais j’ai l’impression d’être sur un navire en train de couler”, Thomas Carlile (1/2)

Vingt-trois ans après avoir découvert le concours complet, alors qu’il en avait douze, Thomas Carlile a disputé ce week-end son premier CCI 5*-L à Badminton, réalisant un rêve de gosse. Celui qui s’impose depuis plusieurs années comme l’un des meilleurs cavaliers français ne cesse d’aller de l’avant, multipliant les succès et surmontant toutes les déceptions, dont sa renonciation de dernière minute aux Jeux olympiques de Tokyo l’été dernier n’a pas été des moindres. Pour GRANDPRIX, il revient sur sa dernière saison et partage ses projets tout en livrant un regard inquiet et sans concession sur sa discipline.



Comment allez-vous et comment se présente ce début de saison 2022? Je vais bien! Cette saison s’annonce normale, à ceci près que mon piquet de chevaux est réduit de moitié par rapport à l’an passé. Cela s’explique par la restructuration de l’effectif de Gérard Brescon (fondateur de l’éminent élevage de Béliard et propriétaire fidèle de Thomas depuis plus de quinze ans, ndlr), qui fait suite à son départ à la retraite. Les propriétaires intéressés par des chevaux de sport n’étant pas légion, mes boxes ne se remplissent que lentement. Et je vais sans doute céder ma place en haut du classement ...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe