“La porte à une carrière en jumping est entrouverte pour Birmane”, Thomas Carlile (2/2)

Vingt-trois ans après avoir découvert le concours complet, alors qu’il en avait douze, Thomas Carlile s’apprête à disputer son premier CCI 5*-L à Badminton début mai, et à réaliser un rêve. Celui qui s’impose depuis plusieurs années comme l’un des meilleurs cavaliers français ne cesse d’aller de l’avant, multipliant les succès et surmontant toutes les déceptions, dont sa renonciation de dernière minute aux Jeux olympiques de Tokyo l’été dernier n’a pas été des moindres. Pour GRANDPRIX, il revient sur sa dernière saison et partage ses projets tout en livrant un regard inquiet et sans concession sur sa discipline.



La première partie de cet entretien est parue ici.Des rumeurs évoquent une potentielle reconversion de Birmane en saut d’obstacles. Qu’en est-il? Gérard Brescon, son propriétaire, et moi-même, avons toujours admiré sa qualité à l’obstacle. À ce stade, rien n’est encore décidé, la porte à une carrière en jumping étant entrouverte. En revanche, j’aimerais reconvertir Bary Louvo et Étoile de Béliard. Avec eux deux, j’ai la possibilité d’évoluer au moins à 1,40m, et sans doute plus haut dans les mois à venir. Aimeriez-vous reproduire ce que fait par exemple Michael Jung, qui monte à la fois en compl...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe