“Plus qu’un allègement d’horaires, le métier de groom a besoin de reconnaissance”, Claudia Guichard

Fin avril, le président de la Fédération internationale d’équitation (FEI) Ingmar de Vos a reconnu officiellement la création de l’Association internationale des grooms (IGA), dirigée et fondée par Lucy Katan, à l’occasion du forum sportif de la FEI de Lausanne. Une nouvelle qui a donné de l’espoir aux principaux concernés, qui œuvrent dans l’ombre des cavaliers et chevaux. Trois grooms de complet et de saut d’obstacles sont revenus sur cette nouveauté.



De nombreux sujets épineux sont recensés dans le métier de groom tels que les horaires de travail à rallonge, les organisations parfois mal pensées, de mauvaises conditions de travail... Après avoir elle-même exercé ce métier, Lucy Katan a fondé l’Association britannique des grooms (BGA) et plus récemment l’Association internationale des grooms (IGA). Ce groupement professionnel indépendant à but non lucratif a vu le jour afin d’unir les voix et ainsi d’obtenir plus de considération et de reconnaissance de la carrière des grooms, ainsi que pour améliorer leurs conditions de travail et créer une grande communauté. Depuis 2017, des discussi...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe