Nicolas Touzaint prend les devant d’un cheveu au Master Pro de Vittel

Aux rênes d’Absolut Gold*HDC, Nicolas Touzaint a pris la tête aujourd’hui des championnats de France Pro Élite de concours complet, à Vittel, avec une reprise qui lui a valu 26,4 pénalités. Les deux meilleurs concurrents de l’Angevin le talonnent cependant d'extrêmement près dans cette compétition qui est également une étape du Grand National, Camille Lejeune ayant écopé de 26,5 points et Gwendolen Fer de 26,6 points.



Le coup d’envoi des championnats de France Pro Élite de concours complet a été donné à 15h50, cet après-midi, du côté de Vittel, dans le Grand-Est. Si l’on regrettera sans doute le faible nombre d’engagés, les douze concurrents au départ ont écrit un superbe scénario sous le soleil de la cité thermale, puisque il y a ce soir moins de quatre pénalités d’écart entre le premier et la septième du classement. Seul cavalier à présenter deux montures, le multimédaillé Nicolas Touzaint s’est logiquement élancé en ouvreur - juste après qu’Astier Nicolas et Babylon de Gamma ont permis aux juges d’harmoniser leur notation en tant que guinea pig de ce dressage - et à la toute fin de cet atelier. Avec Diabolo Menthe (SF, Scareface de Mars x Caesar van de Helle), d’abord, l’Angevin a présenté une reprise qui lui a valu 28,2 pénalités, synonymes de cinquième rang provisoire avant les deux prochains tests. C’est aux rênes de son fidèle Absolut Gold*HDC (SF, Grafenstolz x Verglas), médaillé de bronze par équipes et sixième en individuel des Jeux olympiques de Tokyo, que Nicolas Touzaint a finalement pris la tête malgré un changement de pied avec les postérieurs joints, écopant de 26,4 points.



Deux belles prestations signées Camille Lejeune et Gwendolen Fer

Pour autant, si rien n’est jamais joué d’avance avant le franchissement du dernier obstacle de concours hippique dans cette discipline, cet état de fait est encore plus vrai aujourd’hui et l’ancien cavalier de Galant de Sauvagère devra se montrer irréprochable s’il veut quitter le Grand-Est avec un nouveau titre de champion de France dimanche. En effet, seul un dixième de point - moins d’une seconde de temps dépassé sur le cross - le sépare de Camille Lejeune, qui avait misé sur Dame Decoeur Tardonne (SF, Lando x Contender). Comme l’an passé sur la piste de Vittel, Gwendolen Fer a présenté une très belle reprise avec Romantic Love (SF, L’Arc de Triomphe x Shercame), et aurait sans doute pu prendre la tête si son complice n’avait pas calé dans la préparation de l’un des changements de pied, puisqu’elle accuse… un dixième de retard sur Camille Lejeune!

Tenants du titre, Christopher Six et Totem de Brecey (SF, Mylord Carthago x Quouglo Rouge) ne pointent ce soir qu’au sixième rang, mais n’ont que trois petits points de retard sur la tête, soit moins de huit secondes de temps dépassé sur le cross et d’une barre sur le saut d’obstacles. Tous deux ont rencontré des difficultés avec les changements de pied.



Les conditions climatiques prises au sérieux

Ici à Fontainebleau en 2016, Pierre Michelet a dessiné le cross de ces championnats de France.

Ici à Fontainebleau en 2016, Pierre Michelet a dessiné le cross de ces championnats de France.

© Scoopdyga

Demain, les concurrents de ce championnat Pro Élite s’élanceront sur le cross dès huit heures en raison de l’épisode de forte chaleur qui sévit actuellement dans l’Hexagone. Le staff fédéral a, de plus, tenu un briefing ce soir pour rappeler à tous les engagés de ce Master Pro la conduite à tenir pour disputer un cross dans les conditions climatiques actuelles, et une montée a été supprimée du parcours, comme l’a indiqué son concepteur, Pierre Michelet. “On fait des parcours assez standards, mais quand c’est pour un championnat, on dessine bien sûr un tracé un peu plus difficile, a-t-il expliqué. Le terrain aussi joue beaucoup, ici il est accidenté, donc cela tire un peu plus sur le physique des chevaux et leur équilibre. Il est un peu ferme et nous ne sommes pas aidés par la météo, même si les organisateurs font tous les efforts qu’ils peuvent. Ils arrosent, ils ont passé une machine qui fait des trous dans le sol, mais la pluie est l’eau la mieux répartie du monde. Les cavaliers sont toujours un peu plus stressés pour une échéance importante. Quand j’ai construit des parcours pour les Jeux olympiques ou les championnats d’Europe, j’ai vu des concurrents faire des fautes inexcusables, qu’ils n’auraient jamais faites dans une épreuve normale. Je pense que le concours de Vittel est très intéressant pour Thierry Touzaint (le sélectionneur national, ndlr), car Pratoni del Vivaro (où auront lieu les championnats du monde en septembre, ndlr) est aussi un terrain avec un vallonnement rond, un peu comme les Vosges.”

Résultats complets