L’élevage de Mescam, un hasard après l’autre? (1/2)

S’il a cessé ses activités il y a tout juste dix ans, l’élevage de Mescam est peut-être plus que jamais sous le feu des projecteurs grâce aux remarquables performances de Tolède de Mescam*Harcour avec Kevin Staut, leader du saut d’obstacles français. Ayant fait naître plus de trois cents produits, l’exploitation bretonne a été fondée à la fin des années 1970 par Patrick Rabot, qui avait toujours rêvé d’être éleveur à défaut d’y être prédestiné. Le talent ou le hasard - il préfère la deuxième option - ont permis à cet ancien architecte en construction navale de connaître de superbes succès, sur lesquels il a accepté de revenir.



De part et d’autre de la route départementale reliant Carhaix à Landerneau, dans le Finistère, les panoramas sont aussi grandioses les uns que les autres. Tantôt bucolique, verdoyante et colorée, tantôt sobre, voire terne, rappelant presque des paysages islandais, la nature des monts d’Arrée est sublime. Labellisé commune du patrimoine rural de Bretagne, le petit bourg de Saint-Rivoal, sis à quelques kilomètres du mont Saint-Michel de Brasparts – à ne pas confondre avec le Mont-Saint-Michel... normand! –, a vu s’épanouir l’élevage de Mescam et son fondateur, Patrick Rabot. Ce dernier vit toujours dans sa splendide maison en pierre, juxtaposée aux écurie...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe