“Personne ne voulait de Tolède de Mescam!“, Patrick Rabot (2/2)

S’il a cessé ses activités il y a tout juste dix ans, l’élevage de Mescam est peut-être plus que jamais sous le feu des projecteurs grâce aux remarquables performances de Tolède de Mescam*Harcour avec Kevin Staut, leader du saut d’obstacles français. Ayant fait naître plus de trois cents produits, l’exploitation bretonne a été fondée à la fin des années 1970 par Patrick Rabot, qui avait toujours rêvé d’être éleveur à défaut d’y être prédestiné. Le talent ou le hasard – il préfère la deuxième option – ont permis à cet ancien architecte en construction navale de connaître de superbes succès, sur lesquels il a accepté de revenir.



Une nouvelle pépite nommée Alimar

La première partie de cet article est paru hier.En parallèle, Patrick Rabot continue d’améliorer la qualité de la souche de Jadida, et reproduit le croisement de Quilimar avec Kouglof II. C’est ainsi que naît Alimar. “Elle était plus grande que Quilimar, avec plus de force dans le dos. Elle manquait un peu de souplesse, mais avait malgré tout un beau modèle, donc j’ai choisi de la consacrer directement à la reproduction”, décrit son naisseur. En tout, Alimar lui offre treize rejetons, dont huit SF ont été indicés: Jadida de Mescam (ISO 128, Targas Poulyoud), Keepcool de Mescam (ISO 141, Voltaire), Next Time de Mescam (ISO 135, Élan de la Cour), Pretty de Mescam (IS...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe