Déferrer tous les chevaux est un non-sens

En réponse au texte de Julien Épaillard publié en Avant-goût, nouvelle rubrique occasionnelle de GRANDPRIX (lire le numéro 136 paru en mai 2022), et face à la tendance croissante à déferrer les chevaux de saut d’obstacles, Vincent Goudin, vétérinaire expérimenté comptant de nombreux grands cavaliers parmi ses clients, a souhaité prendre la parole à son tour, afin de faire entendre un tout autre son de cloche.



Je me permets de prendre la parole pour pousser un cri d’alarme et de colère, en tant que professionnel de la santé du cheval, et tenter de faire avancer les choses. Au nom du bien-être équin, on met partout en avant le déferrage des chevaux. Pour ma part, je considère que c’est bien souvent un non-sens, d’autant que cela peut justement aller à l’encontre de la santé de l’animal. Qu’on ne se méprenne pas sur mes intentions : je ne suis pas opposé à l’approche des pieds nus. Bien au contraire. Cela permet de poser intelligemment des questions sur le ferrage et de faire avancer la science. Aujourd’hui, il paraît choquant de se dire qu’entre deux ferrures, le...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe