De Plouha à Florac, l’odyssée richement paysagée de Gaëlle Ollivier-Jacob

Si Plouha, dans les Côtes-d’Armor, est le terrain d’entraînement enchanté, en bord de mer, de Gaëlle Ollivier-Jacob, côté compétition, Florac reste son coup de cœur avec son causse grandiose. Sélectionnée à trois reprises depuis 2019 en équipe de France d’endurance avec Pot Made, double médaillée d’argent par équipes aux championnats d’Europe et de bronze aux Mondiaux, la championne de quarante-huit ans retrace son parcours, dessiné dans des paysages à couper le souffle.



“Je suis née avec les chevaux! Mon père en a toujours eu à la maison”, entame Gaëlle Ollivier-Jacob. Dans la ferme familiale de Plouha, dans les Côtes-d’Armor, son père, Daniel Ollivier, et son oncle, Yvon Ollivier, ont d’abord monté à cru, en gamins intrépides, les immémoriaux chevaux de trait Bretons à travers champs, avant de faire carrière avec des chevaux de sang. Daniel a “commencé dans les courses, puis a été garde dans les Haras nationaux et cavalier de concours, avant d’ouvrir un club et de se lancer en endurance”, explique Gaëlle. De son côté, et avec l’aide de ses fils Pierre, Jean-Marie et Jérémie, ...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe