“J’aime beaucoup l’élevage français”, Sandra Auffarth

À trente-cinq ans, Sandra Auffarth compte déjà à son palmarès de nombreux titres parmi les plus disputés, à commencer par celui de championne du monde en individuel, décroché avec Opgun Louvo à Caen, en 2014. Rencontrée quelques heures après sa victoire en compagnie de Viamant du Matz dans le CCIO 4*-S d’Aix-la-Chapelle, l’Allemande s’est livrée sur ses objectifs, mais est aussi revenue sur sa saison 2021, où la Mannschaft est descendue du podium olympique par équipes pour la première fois depuis 2004. Peu impactée personnellement par la pandémie de Covid-19, la cavalière donne également son avis sur les mesures mises en place pour garantir davantage de sécurité dans sa discipline ainsi que sur l’importance du bien-être animal.



La première partie de cet entretien est disponible ici. Le 29 mai, vous avez terminé quatrième du légendaire Derby de Hambourg, dont vous aviez déjà pris la deuxième place à plusieurs reprises. Qu’est-ce qui rend cette épreuve si spéciale ?Le Derby de Hambourg est réellement incroyable car les spectateurs sont vraiment derrière les cavaliers et vivent l’épreuve avec eux. On se sent vraiment porté d’obstacle en obstacle ; cela montre bien que ce Derby est également très important pour le public !Outre cette épreuve mythique, vous prenez régulièrement part à des épreuves de saut d’obstacles. Cette discipline vous pla&i...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe