Julien Épaillard, invincible, emmène un tiercé français à Grimaud

Le public, amassé autour de la grande piste de Grimaud, ne pouvait rêver meilleure conclusion pour la saison extérieure de l’Hubside Jumping. Ce n’est pas un, ni deux, mais bien trois cavaliers français, parmi les chouchous des tribunes, qui sont montés sur l’ultime podium du CSI 4* de la compétition azuréenne. Chef de file, Julien Épaillard s’est octroyé sa soixante et unième victoire de l’année avec Donattelo d’Auge, devançant ainsi Nicolas Delmotte et Philippe Rozier associés aux bons Citadin du Chatellier et Le Coultre de Muze. 



Il flottait, ce dimanche après-midi, sur la grande piste des écuries du golfe de Saint-Tropez, comme un air de nostalgie, à l’occasion du dernier Grand Prix 4* de la saison 2022. De nostalgie, et aussi de combativité puisqu’il s’agissait de la dernière occasion, pour les cavaliers, d’inscrire leur nom au tableau d’honneur d’un circuit qui, cette année, a accueilli treize concours extérieurs entre Grimaud et Ratières.   

Comme souvent lors des parcours proposés par le chef de piste français Cédric Longis, il a fallu attendre la seconde moitié de la start-list pour voir le compteur des sans-faute décoller. À mi-chemin du Grand Prix, ils n’étaient en effet que trois couples qualifiés pour la finale au chronomètre mais ont finalement été huit à s’élancer au barrage.  

Premier couple à entrer en piste de cet ultime barrage du CSI 4*, avec la difficile mission d’ouvrir une deuxième manche qui se devait de marquer les esprits, le Français Harold Boisset sur T’Obetty du Domaine (SF, Kashmir Van Schuttershof x Diams du Grasset), vainqueurs d’un Grand Prix 2* à l’Hubside Jumping de Valence l’été dernier et, la semaine dernière, de celui du CSI 3* de Cluny, n’ont pu empêcher une faute. Juste après, le Belge Rik Hemeryck, vainqueur ici même du Grand Prix 2* la semaine passée avec Inoui du Seigneur, a signé le premier double sans-faute avec Navarro van het Eelshof (BWP, Jappelloup V/H Dauwhof x Poleanderet) un chronomètre de 42’’90. Seule amazone dans cette deuxième manche, la Française Lara Tryba, qui a couru aujourd’hui son premier barrage à un tel niveau après avoir largement fait exploser sa joie une fois la ligne finale de la première manche passée, n’a pu éviter une faute de Die Hard Of Roses Z (Diamant de Semilly x Cristo), tout comme le Belge Anthony Wellens aux rênes de Domenco (OS, Cornet's Stern x Argelith Stakkato). Est alors entrée alors en piste la star de cette dernière semaine, le numéro trois mondial Julien Épaillard. Déjà vainqueur de l’épreuve majeure vendredi et reconnu comme le pilote le plus rapide au monde, il n’a fait qu’une bouchée du chronomètre de référence de Rik Hemeryck avec son Donatello d’Auge (SF, Jarnac x Hello Pierville), le descendant de plus de trois secondes, 39’’64. Avec Le Coultre de Muze (BWP, Presley Boy x Vigo d'Arsouilles), Philippe Rozier n’est pas parvenu à abaisser ce temps, sortant de piste en 42’’14. Peut-être alors Nicolas Delmotte, qui n’est pas réputé pour trainer en route, pourra-t-il griller la priorité à son compatriote. Pas loin... mais toujours pas ! Avec Citadin du Chatellier (SF, L’Arc de Triomphe x Diamant de Semilly), il termine à quelques dixièmes du Normand, 40’’01 ! Derniers à s’élancer, Wilm Vermeir et Joyride S (BWP, Toulon x Pachat II) ont quitté la piste avec huit points. Au chronomètre, Julien Épaillard est définitivement imbattable !  

Donatello d'Auge, attentif à la remise des prix.

Donatello d'Auge, attentif à la remise des prix.

© Sportfot



“Je suis ravi de Donatello, on peut difficilement lui demander mieux”

“Je suis vraiment ravi de Donatello d’Auge. Cette semaine, il a remporté l’épreuve majeure à barrage vendredi puis le Grand Prix aujourd’hui. On peut difficilement lui demander mieux. Il progresse comme on l’espérait. C’est un cheval qui est né à la maison, qui a remporté pas mal d’épreuves à 1,50m cette année mais qui avait un peu de mal sur 1,55m. Il a participé à un Grand Prix 5* à Rome, conlu avec huit points de pénalité mais je sentais malgré tout qu’il passait gentiment un cap. Il est en train de s’endurcir et va participer à quelques concours indoor, notamment le CSI 4* de Saint-Lô et le CSI 5*-W Equita Lyon. Au barrage de ce Grand Prix 4*, les quatre points d’Harold Boisset m’ont permis ‘d’éliminer’ un concurrent sérieux. Il restait alors Philippe (Rozier, ndlr) et Nicolas (Delmotte, ndlr). Je savais que Philippe ne prendrait pas tous les risques, je l’avais entendu parler au paddock (rires, ndlr), mais je savais aussi que Nico tenterait tout. J’ai donc déroulé mon barrage en me disant ‘on verra si ça tient’. Malgré tout, ce n’était pas tout à fait le barrage que je souhaitais réaliser. J’ai dû remettre une foulée avant l’obstacle numéro 4 sur bidet et ai perdu un peu de temps mais j’ai rattrapé ce léger retard sur l’avant-dernier obstacle en serrant le virage ce qui m’a permis, je pense, de gagner énormément de temps. Place à la saison indoor désormais. J’ai une place assurée sur le circuit de la Coupe du monde Longines, je vais donc pouvoir faire mon programme comme je l’entends. Cependant, je n’ai que deux chevaux prêts pour les CSI 5* actuellement. Je vais commencer par Lyon puis j’aimerais aller à Madrid et, surtout, en-dehors du circuit Coupe du monde, j’aimerais être prêt pour le Top Ten et le Grand Prix de Genève avec des chevaux en forme puisqu’il y a des chances pour que j’en sois” a déclaré Julien Épaillard, lauréat de ce Grand Prix.

les résultats ici

Tous les parcours du CSI 4* de l'Hubside Jumping de Grimaud sont à revoir sur GRANDPRIX.tv