David Doel prend la tête et Karim Laghouag remonte sur le podium à Pau

Au terme d’un cross particulièrement sélectif, le classement provisoire du CCI 5*-L de Pau a été intégralement chamboulé cet après-midi en Béarn. Seuls quatre couples sont rentrés à bon port sans la moindre pénalité, dont le Britannique David Doel et le Percheron Karim Laghouag, désormais premier et troisième au classement provisoire avec Galileo Nieuwmoed et Triton Fontaine. Ces Messieurs escortent la Néo-Zélandaise Jonelle Price, deuxième avec Grappa Nera.



Le parcours de cross dessiné par Pierre Michelet, le chef de piste historique des Cinq Etoiles de Pau, a fait son œuvre cet après-midi dans les Pyrénées-Atlantiques. Seuls quatre couples sont parvenus à rentrer dans le temps imparti de onze minutes sans aucune pénalité aux obstacles. L’obstacle 21, le gué Clear Channel, a notamment posé quelques problèmes aux concurrents. Équipé d’un système de sécurité frangible, il a ruiné les espoirs du leader de la veille, le Suisse Felix Vogg, laissant la voie libre à ses poursuivants. Il fallut attendre l’ultime cavalier, David Doel, pour connaître le nom du nouveau leader du classement provisoire du CCI 5*-L. Avec Galileo Nieuwmoed, le Britannique est passé de la quinzième à la première place. “Je crois devoir ma place à un mélange de chance et de réussite. De la chance, car un cheval peut parfois trébucher, voire tomber. Du travail, car cela nécessite une importante préparation. Il faut néanmoins un soupçon de chance. Mon cheval était à l’origine destiné au CCI 5*-L de Burghley, mais ne l’a pas disputé en raison d’un petit couac. Il était donc prêt pour venir ici. J’ai de la chance de le monter. Concernait ses qualités de sauteur... je vous répondrai demain”, a-t-il conclu en riant.



Près de trois heures plus tôt, Jonelle Price s’était installée en tête associée à sa jument noire Grappa Nera. Ses trois secondes au-delà du temps idéal lui ont fait perdre le bénéfice de son score du dressage, laissant ainsi à David Doel le privilège de s’asseoir dans le fauteuil de patron ce soir. “Nous étions bien préparés. C’est ce qui compte lorsque vous sortez de la boîte de départ. Ma jument revient d’une pause due à une petite blessure. Elle est vraiment athlétique. Je pensais que le parcours assez tournant lui conviendrait bien. Pau a une saveur vraiment unique. Ce n’est pas le plus dur des CCI 5*-L, mais le temps influence toujours le résultat avec des premier et dernier tiers où l’on doit ralentir et une partie plus galopante entre les deux. Je pense que j’avais la candidate parfaite pour cette épreuve, même si certaines distances paraissaient un peu longues pour elle. Je suis vraiment satisfaite de son comportement. Si j’ai pris du temps au début, c’est entièrement ma faute.”

La Néo-Zélandaise Jonelle Price est deuxième avec Grappa Nera.

La Néo-Zélandaise Jonelle Price est deuxième avec Grappa Nera.

© Mélissa Mula



“Je ne compte jamais sur la chance”, Karim Laghouag

Dans le clan français, le bilan est en demi-teinte. Meilleur tricolore hier, Gireg Le Coz a dû renoncer après une faute de maîtrise en cours d’épreuve. À l’inverse, Maxime Livio, trente-deuxième à l’issue du dressage, a réalisé la meilleure opération du jour grâce à son cross sans pénalité, remontant à la sixième place sur Carouzo Bois Marotin. “Je suis très content de mon cheval, qui a couru deux CCI 4*-L. A Saumur, quand j’ai été obligé de le ralentir en fin de cross, j’ai tout de suite dit à Mathilde (son épouse, ndlr) qu’il était prêt pour le niveau supérieur. Je pensais que ce cross serait plus facile, mais le parcours nous a posé pas mal de questions. C’est là où Carouzo est vraiment génial. Même s’il n’a pas tout le métier, il sait résoudre des questions un peu au dernier moment. Il m’a plu dans la tenue et la vitesse. J’avais de l’avance jusqu’à la huitième minute. Je l’ai laissé respirer au dernier gué car nous ne pouvions pas aller vite. C’est le seul moment où il s’est un peu relâché: il n’était plus dans la même tonicité sur les deux droits à la sortie. Après la palette, il est reparti de lui-même, je ne lui ai même pas demandé. Je l’ai beaucoup caressé. J’avais l’espoir qu’il confirme sur ce test et il l’a fait. Il n’a que dix ans, ce qui est de bon augure pour la suite. Je dois juste faire en sorte qu’il me fasse davantage confiance au dressage. J’avais vraiment à cœur de bien finir après mon dressage raté. S’il finit bien ici, mon objectif l’an prochain sera de l’engager en dressage pur afin qu’il présente trois reprises consécutives. Le jour où il sera serein sur le rectangle, il sortira à 25 points et non à 35. Le reste, il sait faire. C’est un très bon sauteur. Je ne commets des faute qu’en début de tour parce qu’il est inquiet. Heureusement, nous avons le droit de l’équiper de bouchons d’oreille, ce qui permet de l’isoler dans une bulle.”

Maxime Livio, trente-deuxième à l’issue du dressage, est emonté à la sixième place sur Carouzo Bois Marotin

Maxime Livio, trente-deuxième à l’issue du dressage, est emonté à la sixième place sur Carouzo Bois Marotin

© Mélissa Mula



Le Saumurois n’est toutefois pas le meilleur Tricolore puisque Karim Laghouag, lui aussi crédité d’un “maxi”, s’est hissé sur le podium avec Triton Fontaine, son partenaire des Jeux olympiques de Tokyo. “La chance est contraire à ma religion, j’appelle ça de la réussite. La chance se provoque. Quand je m’élance sur un parcours de cross, je ne compte jamais sur la chance. Je trouve toujours même bizarre que les gens nous disent ‘bonne chance’ avant de partir comme si nous n’allions pas rentrer (rires). Nous savions que le chronomètre serait difficile à atteindre. Quand on sert le temps idéal, on rend le parcours difficile. Plus nous devons aller vite, plus notre tâche se complique. Aujourd’hui, le temps était serré et les difficultés équilibrées. Il y a eu beaucoup de fautes sur la pointe 21, au milieu de gué. Triton ne l’a pas touché. Cela a bien sauvé la mise à pas mal de concurrents.” Pour la France toujours, citons les onze et douzième places de Jean-Lou Bigot et Luc Château sur Utrillo du Halage et Viens du Mont. Régis Prud’hon et Tarastro sont seizièmes, Arthur Marx et Church’île, vingt-quatrièmes, juste devant Sébastien Cavaillon et Sarah d’Argouges. Comme Gireg, Rodolphe Scherer a abandonné sur Song du Magay, tandis que Florian Ganneval a été éliminé avec Blue Bird de Beaufour.

Karim Laghouag peut rêver de victoire avec Triton Fontaine, troisième.

Karim Laghouag peut rêver de victoire avec Triton Fontaine, troisième.

© Mélissa Mula



Le top dix a donc largement évolué à la veille de l’ultime test de saut d’obstacles programmé demain à 15h15, diffusé en direct sur France 3. Avant même cette conclusion, Pascal Sayous, président des Cinq Étoiles de Pau, s’est dit satisfait de ce cru 2022. “Je suis doublement heureux. Je me bats depuis des années pour attirer un public nombreux, des non-initiés qui découvrent ce sport comme un grand spectacle. Je pense que nous avons très bien réussi avec plus de 25.000 personnes aujourd’hui. Pierre Michelet est un génie des pistes. Nous avions chacun parié sur un résultat: j’avais dit cinq maxi, lui quatre. Et nous en avons eu quatre.”

Le classement