L’Europe a-t-elle vampirisé le saut d’obstacles?

L’Europe d’abord, et le reste du monde ensuite? Si l’on analyse le classement mondial Longines et les résultats des derniers grands rendez-vous, dont les Mondiaux de Herning et la finale mondiale des Coupes des nations Longines, les cavaliers européens semblent plus dominants que jamais en saut d’obstacles. Cet état de fait est d’autant plus étonnant que le nombre de concours organisés sur les autres continents n’a jamais été aussi nombreux.



Le monde du saut d’obstacles se résume-t-il à l’Europe? L’analyse de quelques données statistiques aurait de quoi cautionner cette hypothèse. Commençons par un premier regard sur le classement mondial Longines des cavaliers qui, en dépit de quelques défauts, offre une bonne image instantanée de la hiérarchie planétaire. Quarante-trois des cinquante meilleurs mondiaux sont européens, soit 84%, avec notamment neuf Belges, huit Irlandais, six Allemands, les Français Julien Épaillard, Kevin Staut, Simon Delestre, Edward Lévy, trois Suisses, trois Néerlandais, trois Britanniques, trois Suédois, un Luxembourgeois, un Autrichien, un Israélien et un Danois. ...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe