“J’aurai trois chevaux à préparer et qualifier pour Paris 2024”, Karim Laghouag

Tout juste rentré d’un week-end palois conclu avec une deuxième place dans le CCI 5*-L aux rênes de son fidèle Triton Fontaine, Karim Laghouag est sur son nuage. Après une année en dents de scie, le sympathique cavalier aux quarante-sept printemps se prépare d’ores et déjà pour les deux prochains événements majeurs de sa discipline: les championnats d’Europe du Pin-au-Haras, qu’il espère disputer avec son partenaire médaillé de bronze aux Jeux olympiques de Tokyo, mais aussi – et surtout – les Jeux de Paris 2024, en dépit de la récente perte d’Eton de Hus. Pour se faire, le champion établi dans le Perche ne laisse rien au hasard, et s’est même initié à la Haute École auprès d’Alexandre et Grete Ayache il y a quelques semaines.



Comment avez-vous vécu cette édition 2022 des Cinq Étoiles de Pau, dont vous avez pris la deuxième place avec Triton Fontaine, juste derrière le Néo-Zélandaise Jonelle Price et Grappa Nera, qui vous ont devancés d’un demi-point (31,3 contre 31,8)?Tout s’est bien déroulé pour moi dès le dressage, même si les petites fautes commises lors de ce test m’ont coûté assez cher… Triton était disponible et serein, mais je n’ai pas mis suffisamment de jambes après l’appuyer au galop à gauche, et je n’étais pas assez dans le rythme. Du coup, le changement de pied qui suivait, qu’il réalise bien d’habitude, est pass&eac...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe