Chacco-Blue, Diarado et Johnson sont les meilleurs sires de l’année 2022

La Fédération internationale de l’élevage de chevaux de sport (WBFSH) a publié ses classements des meilleurs étalons de l’année 2022 dans les trois disciplines olympiques. Si, côté saut d’obstacles, Chacco-Blue conserve le trône qu’il occupe depuis 2017, l’élégant Diarado a quant à lui pris la place de Jaguar Mail au sommet de la hiérarchie des reproducteurs pour la discipline du concours complet. En dressage, Johnson revient quant à lui au sommet de la hiérarchie, qu’il avait déjà occupé en 2020.



Ici à La Baule, Chacco-Blue est, comme chaque année depuis 2017, le meilleur étalon au monde pour le saut d'obstacles.

Ici à La Baule, Chacco-Blue est, comme chaque année depuis 2017, le meilleur étalon au monde pour le saut d'obstacles.

© Scoopdyga

Si les classements des étalons établis pour les trois disciplines olympiques par la WBFSH peuvent être critiquables, notamment en raison du fait qu’ils prennent en compte les performances obtenues par l’ensemble des produits évoluant sur la scène internationale de chaque reproducteur et avantagent ainsi ceux ayant une production numériquement plus importante, ils offrent tout de même un bon panorama des sires dont les descendants se démarquent le plus à haut niveau durant une saison donnée. En 2022, et comme tous les ans depuis 2017, l’étalon Mecklembourgeois Chacco-Blue (Chambertin x Contender) domine la hiérarchie des pères de performers en jumping. Cependant, le bai, disparu à quatorze ans seulement en 2008 après avoir évolué au plus haut niveau sous les selles d’Alois Pollmann-Schweckhorst et Andreas Kreuzer, ne possède cette année “que” 2263 points d’avance sur son dauphin, qui est toujours le regretté Selle Français Diamant de Semilly (Le Tot de Semilly x Elf III), contre 4 291 l’an passé.

Cette réduction de l’écart entre les deux mâles s’explique sans doute en partie par les performances en baisse du crack Explosion W (KWPN, Chacco-Blue x Baloubet du Rouet) sur la scène internationale entre le 1er octobre 2021 et le 30 septembre de cette année, dates retenues comme bornes des classements WBFSH. Durant cette période, l’alezan a certes disputé le même nombre - cinq - de Grands Prix CSI 5* que lors du cycle précédent, mais il n’en a remporté aucun, alors qu’il s’était imposé dans deux épreuves de ce calibre en 2021 et avait surtout permis à Ben Maher d’être sacré champion olympique en individuel. De fait, il est passé du quatrième rang du classement des meilleurs chevaux de la WBFSH au huit cent dix-neuvième. 



Diamant de Semilly, fidèle au poste

Diamant de Semilly n'a pas quitté le Top trois du classement de la WBFSH depuis 2014.

Diamant de Semilly n'a pas quitté le Top trois du classement de la WBFSH depuis 2014.

© Scoopdyga

D’ailleurs, le meilleur produit de Chacco-Blue cette année, H5 Chaganus (OS, mère part Carthago), n’est jamais que soixante et unième de cette même hiérarchie malgré ses très bonnes performances réalisées en Coupe du monde l’an passé sous la selle d’Eduardo Pereira de Menezes, avec lequel il terminait notamment deuxième du Grand Prix de Lyon et sixième de celui de La Corogne, avant de monter de nouveau sur la deuxième marche du podium du Grand Prix CSI 5* de Bruxelles cet été. Les autres autres meilleurs représentants du protégé de Paul Schockemöhle, qui peut compter sur plus de cent soixante-six produits ayant évolué sur la scène internationale durant la période prise en compte par la WBFSH, sont Stardust (OS, mère par Con Air), victorieuse dans l’étape de la Coupe du monde de Londres l’an passé avec Harry Charles, Sea Topblue (ISH, mère par Lux Z), auteur de très bonnes performances en Coupes des nations et quatrième du Grand Prix CSI 5* de Dublin en compagnie d’Andrew Bourns, l’atypique Chalou (OS, mère par Baloubet du Rouet) d’Emanuele Gaudiano et Blue Movie (AES, mère par Pilot), la partenaire de l’Australien Rowan Willis.

Comme depuis 2017, le légendaire Diamant de Semilly est donc deuxième de ce classement des meilleurs reproducteurs pour le saut d’obstacles. Pouvant compter sur les résultats de plus de cent quatre-vingts produits, celui qui dominait cette même hiérarchie en 2015 et 2016 a - comme l’an passé - pour meilleur descendant le Selle Français Originel Vital Chance*de la Roque (mère par Rivage du Poncel). Né chez Marie Bourdin, le génial hongre est monté sur le podium de pas moins de sept Grands Prix internationaux à 1,55m et 1,60m sous la selle de Conor Swail durant la période que représente ce classement 2022, passant d’ailleurs de onzième performer mondial l’an passé à sixième cette année. La vainqueure de l’étape du Longines Global Champions Tour de Paris, Like A Diamond van het Schaeck (BWP, mère par Bamako de Muze), est la deuxième meilleure représentante de Diamant de Semilly, terminant dixième du classement des chevaux de jumping cette année. H&M Miro (BWP, mère par Kannan), Dominator 2000 Z (Z, mère par Cassini I) et Mumbai (van de Moerhoeve, BWP, mère par Nabab de Rêve) sont les trois autres meilleurs descendants de Diamant de Semilly.



Mylord Carthago se rapproche du sommet

Mylord Carthago, ici lors des Européens de Madrid en 2011, est sur le podium des meilleurs reproducteurs de jumping.

Mylord Carthago, ici lors des Européens de Madrid en 2011, est sur le podium des meilleurs reproducteurs de jumping.

© Scoopdyga

En plus de l’étalon de la famille Levallois, un autre Selle Français complète le podium de la hiérarchie des meilleurs reproducteurs pour le saut d’obstacles: Mylord Carthago (Carthago x Jalisco B). Le vice-champion d’Europe et du monde par équipes de Pénélope Leprévost, encore quatrième de ce classement de la WBFSH l'an passé, a pour meilleur représentant Truman (ex- Virtuose Breil, SF, mère par Kolibri), auteur d’un double sans-faute dans la Coupe des nations de Calgary en septembre avec Amy Millar. Suivent quatre autres Selle Français, à savoir Billabong du Roumois (mère par Papillon Rouge), très performant avec Julien Epaillard avant qu’il ne rejoigne la famille Charles, Argan de Béliard (mère par Ahorn), Equine America Valmy de la Lande (mère par Starter) et Bingo du Parc (mère par Diamant de Semilly). Le quatrième meilleur étalon au classement 2022 de la WBFSH est Kannan, qui devance Toulon (BWP, Heartbreaker x Jokinal de Bornival), Casall (Holst, Caretino x Lavall I), Cardento (Holst, Capitol I x Lord), Eldorado van de Zeshoek (BWP, Clinton x Toulon), Nabab de Rêve (BWP, Quidam de Revel x Artichaut) et VDL Zirocco Blue (ex- Quamikase des Forêts, SF, Mr Blue x Voltaire), dernier étalon du Top dix.



Diarado accède au trône en concours complet

Ici aux Jeux olympiques de Hong-Kong en 2008 avec Peter Eriksson, Jaguar Mail est encore quatrième du classement des meilleurs pères de complet cette année.

Ici aux Jeux olympiques de Hong-Kong en 2008 avec Peter Eriksson, Jaguar Mail est encore quatrième du classement des meilleurs pères de complet cette année.

© Scoopdyga

Si Diamant de Semilly est une fois de plus le deuxième meilleur sire de sauteurs cette année, son fils Diarado (Holst, mère par Corrado I) atteint quant à lui le trône en concours complet pour la première fois et remplace ainsi Jaguar Mail (SF, Hand In Glove, ps x Laudanum, ps), qui pointe désormais au quatrième rang. Le meilleur descendant du diamant noir du Holstein dans la discipline du concours complet est QC Diamantaire (Old, mère par Sandro Hit), huitième du CCI 5*-L de Lexington au printemps avec Sydney Elliott et cinquième l’an passé de l’exigeant CCIO 4*-L de Boekelo. Troisième de ce même concours cette année mais aussi vainqueur du CCI 4*-L de Millstreet sous la selle de Laura Collett, Dacapo (Holst, mère par Canturo) est le deuxième meilleurs fils de Diarado, également très bien représenté par Dynamite Jack (Holst, mère par Grundyman, ps), Diabolo (Holst, mère par Aljano) et Lillybelle EA (OS, mère par Lissabon 29).

Troisième de ce classement WBFSH des étalons en 2021, Birkhof’s Grafenstolz (Trak, Polarion x Camelot), champion du monde des six ans avec Michael Jung en 2004, grimpe une marche cette année. Son meilleur représentant est Lordships Graffalo (SHBGB, mère par Rock King), quatrième des Mondiaux de Pratoni cette saison après avoir terminé deuxième du mythique CCI 5*-L de Badminton en compagnie de Rosalind Canter. Suivent Candy King (SHBGB, mère par Moothyeb), Tremanton (SHBGB, mère par Hand In Glove, ps), Grafennacht (Old, mère par Narew) et Agora de Bordenave (AA, mère par Daguet du Rochau). La dernière marche du podium des sires est occupée par le Oldenbourgeois O.B.O.S. Quality (Quick Star x Domino), dont tous les descendants ayant marqué des points au classement WBFSH entre le 1er octobre 2021 et fin septembre sont enregistrés au stud-book ISH. Son meilleur représentant est Brookfield Innocent (mère par Cavalier Royale), devant Heads Up (mère par Lux Z), Cooley Goodwood, Monbeg Exclusive et Class Affair (mère par Laughtons Flight). Derrière Jaguar Mail, Contendro I (Holst, Contender x Reichsgraf) reste le cinquième meilleur reproducteur pour le triathlon des sports équestres, devant Yarlands Summer Song (SESF, Fleetwater Opposition x Welton Gameful, ps), Nouma d’Auzay (SF, Carthago x Quidam de Revel), Camiro de Haar (Z, Chellano Z x Ramiro Z), Kannan (KWPN, Voltaire x Nimmerdor), VDL Arkansas (KWPN, Acobat II x Silvano).



Johnson TN retrouve la plus haute marche du podium

Ici aux championnats d'Europe en 2015 avec Hans-Peter Minderhoud, Johnson est de nouveau le meilleur étalon au monde.

Ici aux championnats d'Europe en 2015 avec Hans-Peter Minderhoud, Johnson est de nouveau le meilleur étalon au monde.

© Scoopdyga

Sacré meilleur étalon de dressage par la WBFSH en 2020, Johnson TN (KWPN, Jazz x Flemmingh) était redescendu d’un rang l’an passé, mais il a retrouvé le sommet de la hiérarchie cette année. Lui-même médaillé de bronze par équipes aux championnats du monde et en individuel aux championnats d’Europe sous la selle de Hans-Peter Minderhoud, avec lequel il avait également remporté l’or collectif aux Européens, le bai voit Edison (KWPN, mère par Balzflug), monture de Laurence Vanommeslaghe, être son meilleur représentant. Suivent Hexagon’s Double Dutch (KWPN, mère par Rubiquil) et Boston STH (KWPN, mère par Quattro), qui évoluent tous les deux sous selle néerlandaise, ainsi que Bolero (KWPN, mère par Vincent), le complice de Morgan Barbançon Mestre, et Windermere J’Obei W (NZWB, mère par Pompei, ps). Disparu mi-2021, la figure de proue du haras d’État allemand de Neustadt - Dosse, DSP Quaterback (DSP, Quaterman I x Brandenburger), est désormais le deuxième meilleur reproducteur au monde pour le dressage, et est le seul étalon, avec Easy Game (Trak, Gribaldi x Schwadroneur) à avoir deux produits membres du Top dix des meilleurs performers de l’année: DSP Quantaz (DSP, mère par Hohenstein), partenaire d’Isabell Werth, et Touchdown (SWB, mère par Björsells Sack 907), qui concourt avec Patrik Kittel.

Si son père, Sandro Hit (Old, Sandro Song x Ramino), a quitté le sommet du classement pour être huitième cette année, Sir Donnerhall I (Old, mère par Donnerhall), le propre frère du “Gus” de Morgan Barbançon Mestre, monte lui sur la troisième marche du podium après avoir été quatrième l’an dernier. Son meilleur produit est Serenade MF (AHS, mère par Don Principe), troisième cette année du Grand Prix Spécial du CDIO 5* de Rotterdam associée à Alice Tarjan. Le Top dix du classement des étalons de dressage est complété par le légendaire Totilas (KWPN, Gribaldi x Glendale), le non moins célèbre Jazz (KWPN, Cocktail x Ulster), Blue Hors Zack (KWPN, Rousseau x Jazz), encore médaillé d’or par équipes aux Mondiaux cet été, Fidertanz (Rhein, Fidermark NRW x Ravallo), Sandro Hit donc, puis Bordeaux (KWPN, IPS United x Gribaldi) et Vivaldi (KWPN, Krack C x Jazz).

Tous les classements sont à retrouver ici