Qui mieux que Karim et Punch pouvaient ouvrir le palmarès du cross indoor de Rouen?

Dans une ambiance survoltée, Karim Laghouag a remporté ce soir le tout premier cross indoor Devoucoux de Rouen, organisé dans le cadre d’Equi Seine. En selle sur Punch de l’Esques, recordman du nombre de victoires dans ces épreuves spectaculaires et toujours fringant à bientôt vingt ans, le champion olympique de Rio a devancé Thomas Carlile, deuxième sur Spring Thyme de la Rose, et Luc Château, troisième avec Propriano de l’Ébat.



Quelle soirée a vécu le public d’Equi Seine en ce samedi de gala au Parc des expositions de Rouen! Devant des tribune archi combles, il a d’abord savouré une chouette deuxième édition de Mask Rider, adaptation cavalière de Mask Singer, l’émission de TF1 où il fait deviner l’identité de chanteurs se produisant masqués. Même si cette épreuve spectacle a connu quelques longueurs, fort logiquement tant elle est complexe à mettre sur pied, on ne peut que saluer les prestations masquées et costumées de Félicie Bertrand, Anouk et Nicolas Canteloup, Timothée Anciaume, Reynald Angot, Philippe Rozier, Titouan Schumacher, Thomas Carlile et des plus inattendus Jean-François Pignon et Jean-Maurice Bonneau, l’apparition de Max Thirouin ainsi que l’animation assurée par un trio composé d’Alexandre Depagne, l’excellent speaker du concours, Pénélope Leprevost, qui a grandi tout près d’ici, à Sotteville-lès-Rouen, et Pierre Durand, qu’on ne présente plus. Et surtout, il faut féliciter la Team Touriste, dont les sociétaires n’ont pas leur pareil pour décoincer l’univers des concours hippiques. Chapeau bas et… bas les masques!



Décidément gâté, le public rouennais s’est littéralement régalé du premier cross indoor Devoucoux organisé à Equi Seine, dont les soirées du samedis avaient toujours été rythmées par une Puissance sur mur, en intérieur à Rouen mais aussi lorsque le concours se tenait en juin à Canteleu. Eh bien, franchement, il faudrait se mettre en quête d’un grincheux notoire pour trouver un spectateur déçu de cette évolution. Non seulement il y avait une ambiance de folie, mais cela a permis de réunir quelques-uns des meilleurs cavaliers de concours complet de l’Hexagone et de présenter un sport dont les initiés savent bien qu’il gagne résolument à être connu. Peut-être y avait-il dans les tribunes le futur Sébastien Cavaillon, qui a représenté, seul mais dignement, la Normandie dans cette épreuve.



Pénalisé d’une faute et de deux secondes de temps dépassé avec le sensible Black Pearl, le cavalier venu du Bec-Hellouin, à quarante kilomètres au sud-ouest de Rouen, s’est classé à une honorable cinquième place. Avant lui, sur un parcours technique et tournoyant, on a assisté aux éliminations, sans gravité aucune, de Mathieu Lemoine sur Vidocq de Tael, de Christopher Six, coupable d’une erreur de parcours avec Undercover BHS et du Belge Hendrik Degros, seul étranger en lice, avec Il Dolce van de Distelhoeve, ayant refusé de sauter une pointe à deux reprises. On a aussi vu Régis Prud’hon lâcher 33,6 points avec Bennix de Bory, et Victor Levecque, 10,8 sur Phunambule des Auges, premier des trois chevaux de dix-neuf ans en piste ce soir.



Punch à la retraite après Genève ou Bordeaux

En vrai, on a surtout vu Nicolas Touzaint soigner un très beau sans-faute aux obstacles avec Dare Dare, le cheval de sa compagne Mélinda Tapie, qui a amplement mérité sa quatrième place, et Karim Laghouag honorer son statut de grand favori avec l’inénarrable Anglo-Arabe Punch de l’Esques, le deuxième cheval de dix-neuf ans. Comme on pouvait l’imaginer, le couple le plus capé et titré en cross indoor a imposé sa loi, étant le seul à descendre sous la barre des 2’. La messe était dite. Luc Château et son vaillant étalon Propriano de l’Ébat, qui prendra lui aussi vingt ans en 2023, ont joué crânement leur chance, mais ont fini plus de sept secondes moins vite, se classant troisièmes. Dernier à s’élancer, Thomas Carlile a lui aussi monté pour gagner, gratifiant le public de belles galopades, de virages serrés et de franchissements précis, mais son chronomètre a accusé plus de quatre secondes de retard sur celui de l’homme de Nogent-le-Rotrou.



Rouen a donc ovationné Karim, et Karim gardera un très bon souvenir de Rouen. “J’ai vécu un super moment. On est toujours content quand on gagne, mais plus encore quand on peut partager sa victoire avec un public comme celui-là. Franchement, c’était une belle première. Je félicite les organisateurs. Le sol est d’excellente qualité et le chef de piste a parfaitement bien travaillé. Punch a du métier et il est très maniable, ce qui est capital pour gagner une telle épreuve. Comme il y a eu trois couples éliminés avant mon départ, je n’ai pas pris tous les risques, et cela a payé.” Le couple se produira dans deux semaines au CHI de Genève avec l’ambition de décrocher une seconde victoire à Palexpo après celle de 2017. “Punch prendra sa retraite sportive après Genève ou Bordeaux en fonction de la décision prise par sa propriétaire (Agnès Célérier, ndlr). Nous l’y avons préparé cette année en le mettant à l’herbe à mi-temps, sachant qu’il n’a jamais trop affectionné le paddock. Il a été monté tous les jours, ce qui lui a permis de rester bien affûté, mais nous avons réduit ses doses d’entraînement. Et désormais, il nous semble prêt pour sa nouvelle vie.” Après une ou deux dernières Marseillaise?

Les résultats

Toutes les épreuves d’Equi Seine sont retransmises en direct sur GRANDPRIX.tv