“Mon cheval a encore une grande marge de progression”, Pauline Basquin

C’est la cavalière française de dressage à côté de laquelle il était impossible de passer cette saison. Première écuyère à ravir le titre de championne de France Pro Élite, puis membre de l’équipe de France des championnats du monde de Herning début août avec Sertorius de Rima*IFCE, Pauline Basquin permet au Cadre noir de Saumur d’être à nouveau représenté à haut niveau. À l’aube de l’année 2023, la quadragénaire aux origines bretonnes espère continuer à tracer son chemin vers les Jeux olympiques de Paris 2024.



Vous avez vécu une année exceptionnelle en devenant la première femme écuyère du Cadre noir à remporter le titre de championne de France Pro Élite début juillet, à Vierzon; une performance suivie d’une participation à vos premiers championnats du monde, à Herning. Quel bilan tirez-vous de cette saison?Le bilan est forcément positif car il s’agit de la première vraie saison au niveau Grand Prix de Sertorius de Rima (Z, Sandro Hit x Voltaire) qui a été marquée par ce titre à Vierzon et ces deux championnats. Je suis d’autant plus satisfaite que je sais que mon cheval a encore une grande marge de progression! Pour autant, j’ai commis des erreurs et man...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe