Conthargos, un phénomène signé Paul Schockemöhle (2/2)

Depuis trois ans, Conthargos fait partie des coqueluches des éleveurs français. Avec plus d’un millier de saillies en France lors de ses quatre dernières saisons de monte, l'étalon enregistré au stud-book Oldenbourg International est dans le peloton de tête des reproducteurs les plus sollicités. Depuis deux ans, il a également signé une progression spectaculaire dans le classement mondial de la Fédération mondiale de l’élevage de chevaux de sport, pointant à la vingt et unième place de la dernière ranking des étalons, avec cinquante-cinq produits, après y être entré en 2020 à la trente et unième position. S’il n’a pas été un grand compétiteur et n’est pas issu d’un père très connu, il reste néanmoins digne d’intérêt. 



La première partie de cet article est paru ici.Issu d’une lignée maternelle solide, Conthargos est un condensé de l’histoire du cheval de sport allemand, comptant quasiment tout ce qui se fait de mieux comme courants de sang ayant sévi outre-Rhin, tels que Cor de la Bryère (SF, Rantzau, Ps x Lurioso), dont il descend en lignée mâle via Calypso II, Contender et Converter I, Ramiro Z, Landgraf, Gotthard, Furioso II, Sandro et, bien sûr, Capitol I à travers son meilleur fils Carthago. On peut penser que le croisement de Conthargos avec des descendantes de Le Tot de Semilly (SF, Grand Veneur x Juriste), Diamant de Semilly (SF, Le Tot de Semilly x Elf III), Almé (SF, Ibrahim x Ultimate, Ps), Galoubet A (SF, Alm&eacu...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe