Philippe Karl, un homme qui gagne à être connu… et écouté

Dans une nouvelle chronique, Éric Louradour, cavalier, instructeur et auteur de deux ouvrages, revient sur sa récente rencontre avec Philippe Karl, maître de d’École de la Légèreté, à l’occasion d’un récent stage dont il tire des enseignements très positifs et la conviction que l’équitation d’aujourd’hui a tout intérêt à maintenir un lien avec les grands maîtres français d’hier.



Philippe Karl est ici au côté d’Éric Louradour.

Philippe Karl est ici au côté d’Éric Louradour.

© Collection privée

Comme je l’ai déjà dit, je ne parle que de ce que je connais, de ce que j’ai vraiment vu de mes propres yeux ou expérimenté. Sinon, je me tais, préférant la sagesse de ceux qui se taisent et l’intelligence de ceux qui parlent avec doute ou connaissances… Cette semaine, j’ai donc vu, rencontré et découvert Philippe Karl, un grand Homme de cheval et peut-être même le dernier ambassadeur de la véritable école d’équitation de tradition française, fondée sur les écrits des grands maîtres français du XVIIe au XIXe siècles. Vous pouvez évidemment ne pas approuver 100% de ses analyses et préconisations. Je pense toutefois qu’il est bon et important de l’écouter, de l’observer et d’ouvrir le dialogue, car il a beaucoup à enseigner. L’homme est assez préparé et bon orateur pour défendre ses idées et justifier sa méthode.

Philippe Karl s’insurge contre les excès d’une équitation grossière et pratiquée en force, l’usage de muserolles serrées et enrênements variés à outrance, l’exubérance et le manque de bonnes bases qui provoquent l’exaspération de certains chevaux, les méthodes anti-anatomiques, ou contre nature, irrespectueuses et irresponsables, etc. Il met un point d’honneur à faire respecter la doctrine des grands maîtres, stipulant que la pratique de l’équitation est fondée sur l’harmonie des relations entre l’homme et le cheval, la légèreté et l’absence de contraintes.



En ce monde, chacun tire la couverture à lui afin de se vendre au mieux… avec le profit comme valeur étalon. Le milieu équestre n’y échappe pas. Ainsi, les Allemands ont été assez “intelligents” pour améliorer leur élevage, aussi bien pour le dressage que le saut d’obstacles. Ils se sont imposés au niveau de la Fédération équestre internationale comme décideurs et influenceurs et ils ont vendu leur méthode d’équitation en prétextant qu’elle était la meilleure au monde. Pendant ce temps, nous Français, critiquons les anciens, plus à la mode, ou nos propres Hommes de chevaux, même ceux qui ont gagné ou représenté dignement notre nation, rejetons et oublions un savoir et des écrits issus de plus de trois siècles de recherches alors que toutes les grandes nations équestres d’hier et d’aujourd’hui les utilisent et en vantent souvent les vertus.



La France fut de tout temps avant-gardiste en matière équestre. Bien des nations venaient ici pour étudier “LA” méthode française, et ce depuis le XVIIe siècle et jusque dans les années 1970. Les équipes américaines, qui ont révolutionné, modernisé l’équitation et tout gagné dans les années 1970 et 80, venaient régulièrement à Saumur accompagnés de leur fameux chef d’équipe, Bertalan de Némethy, pour apprendre, s’inspirer et copier. Puis, petit à petit, les mœurs et les tendances ont commencé à changer. La méthode allemande s’est quelque peu imposée. Même à Saumur, on a commencé à tenir les rênes de bride à l’allemande, croisées, et non plus parallèles, à la française. Cela semble un détail, mais c’est très significatif, surtout quand on sait que l’équitation française de tradition a été inscrite le 27 novembre 2011 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco.



Calme, respect, bienveillance patience et progression

Quoi qu’il en soit, bravo Maître Karl! Vous êtes non seulement le pur, mais peut-être le dernier héritier défenseur de la méthode classique française d’équitation. Tout comme l’était le général Pierre Durand, Écuyer en chef et directeur du Cadre noir de Saumur, qui comme vous défendait haut et fort ces principes. Vous êtes, monsieur Karl, non seulement un grand Homme de cheval, mais également un homme d’une élégance, d’une intelligence d’une culture équestre et générale extraordinaires!

En ce monde, il y a les extrémistes, les ignorants, les beaux parleurs ou surtout les médisants… On m’avait dit que vous étiez un bauchériste, disciple de Baucher, pur et dur! À ceux-là, je réponds aujourd’hui, après vous avoir observé et écouté enseigner pendant une semaine: eh bien non! Non, car je vous ai entendu évoquer La Guérinière, le général l’Hotte, Raabe, Beudant, Steinbrecht… et Baucher bien-sûr, mais aussi bien d’autres. Vous mettez en parallèle et appuyez la thèse de tous ces maîtres de l’équitation avec les données scientifiques récentes qui permettent de voir et comprendre clairement les justifications et bienfaits de leurs méthodes. Vous prenez et parlez du meilleur de chacun. Vous faites travailler les chevaux dans toutes les attitudes indispensables à leur bien-être et à l’activité sportive ou de haute école: nuque remontée, aptitude naturelle et extension d’encolure très fréquentes, flexions d’encolure et cession de nuque après cession de mâchoire, etc. Tout cela sans rapport de force et sans tomber dans l’excitation, l’exagération, l’exaspération.



Dans votre méthode, vous veillez au calme, au respect, à la bienveillance, à la patience, à la progression. Il suffit d’observer le grand nombre de moments de repos que vous imposez durant le travail quotidien. C’est merveilleux de contempler les chevaux rester là immobiles, l’œil heureux et disponibles, tranquilles, surtout après avoir exécuté des figures complexes de dressage qui leur demandent beaucoup d’énergie. Cela faisait longtemps également que je n’avais pas vu des chevaux marcher correctement au pas.

Vos connaissances et compétences sont immenses! En une semaine, j’ai pu observer un homme plein de bon sens et surtout qui va dans le sens du cheval. J’ai vu un enseignant passionné qui passionne ses élèves. J’ai vu des chevaux de toutes races et plus ou moins prédisposés physiquement ou mentalement changer, devenir sereins et donner le meilleur d’eux. J’ai adoré la sensibilité, la subtilité et la légèreté qui se dégagent de vos leçons. Vous insistez sur la fixité de la main qui accompagne les mouvements du cheval. Une main qui bouge si nécessaire et qui s’actionne pour provoquer une réaction. Comme je l’ai déjà dit dans un de mes articles, c’est la chose la plus difficile à enseigner à des jeunes cavaliers. Tous vos élèves avaient une main superbe. Bravo Maître!



Vous démocratisez l’équitation sans la vulgariser. Vous enseignez la bonne éducation, la juste équitation. Vous avez formé votre École de la Légèreté qui engage les élèves pour un minimum de trois années avec le même cheval. Vous avez bien compris qu’on ne forme pas des enseignants ou des Hommes de chevaux en peu de temps. Aujourd’hui votre école est présente dans le monde entier et a beaucoup de succès jusqu’en Australie, aux États-Unis et même en Allemagne. Succès mérité!

Chapeau bas donc, Maître Philippe Karl, et au plaisir que nos chemins se croisent à nouveau. Continuez le plus longtemps possible et au plus grand nombre de personnes à divulguer votre savoir, votre passion, votre idéologie, la véritable méthode française d’équitation, mais surtout le respect du cheval par une voie réfléchie, douce, structurée et respectueuse. Bien à vous et merci encore.