Steve Guerdat trouve pour la troisième fois la combinaison gagnante face à son public

À Genève, le public suisse a eu droit à un scénario parfait dans son iconique épreuve des combinaisons. Pour cause, trois de ses représentants sont montés sur le podium, dont l’un de ses cavaliers fétiches Steve Guerdat, lauréat de ce rendez-vous une deuxième fois.



Édouard Schmitz et Gamin van’t Naastveldhof, deuxièmes de l'épreuve.

Édouard Schmitz et Gamin van’t Naastveldhof, deuxièmes de l'épreuve.

© Scoopdyga

Steve Guerdat n’a pu être au départ de la finale du Top Ten IJRC hier soir sur la piste de Palexpo mais il a eu sa revanche aujourd’hui. Parmi les favoris du public genevois, le numéro vingt-cinq mondial a en effet offert le Cantique suisse aux tribunes à l’occasion de la Coupe de Genève, l’emblématique épreuve des combinaisons. 

Après un premier parcours jonché seulement de combinaisons (à l’exception du premier obstacle) dont un quadruple, douze couples se sont qualifiés pour le barrage. Le parcours réduit n’a cette fois comporté qu’une seule combinaison. Lauréats de cette épreuve en 2019, Steve Guerdat et Venard de Cerisy ont pris l’option longeant le lac après le double pour gagner un peu de temps. Une tactique payante puisque le couple premier et deuxième du mythique Grand Prix CSIO 5* de Calgary en 2021 et 2022, qui a fini par s’imposer. Demain, le champion olympique de 2012 comptera sur son joyau Dynamix de Belheme, qui affrontera pour la première fois le Grand Prix de Genève. Vainqueur en 2006, 2013 et 2014, Steve Guerdat tentera d’afficher son nom au palmarès une quatrième fois. 

Pour soixante-dix-sept centièmes, Édouard Schmitz a dû s’incliner face à Steve Guerdat. Associé à Gamin van't Naastveldhof, qui lui a offert sa première victoire en Grand Prix CSIO 5* cette année, le prodige suisse qui répondait hier aux questions de Kamel Boudra, devra attendre un peu avant d’inscrire son au tableau d’honneur de cette épreuve. Avec une belle tentative mais bien moins rapide que Steve Guerdat, un autre Suisse, Niklaus Schurtenberger a complété un trio de tête cent pour cent rouge et blanc. Le cavalier de cinquante-quatre ans installé près de Berne était cette fois en selle sur C-Steffra, une jument de onze ans par Clarimo. 

Tenant du titre dans le Grand Prix, Martin Fuchs a – comme l’an dernier – profité de ce rendez-vous pour préparer Leone Jei en vue du point d’orgue du week-end. 

Pour la France, Olivier Perreau et son produit maison GL Events Dorai d’Aiguilly ont concédé une faute et se sont placés dix-neuvièmes. 

Les résultats ici