“Un cheval qui passe vingt-deux heures dans un box ne peut pas se sentir bien moralement”, Victor Bettendorf

À trente-deux ans, Victor Bettendorf fait indiscutablement partie des révélations de l’année 2022. Avec plus de cinquante victoires internationales en douze mois, dont deux Grands Prix CSI 4*, et des premiers pas réussis au niveau 5*, le Luxembourgeois a très souvent fait parler de lui, et en bien. Scruté par ses pairs, le jeune papa est loué pour la qualité de son équitation et sa rapidité, éléments remarqués dans un système qui a pu montrer toute son efficacité. Un fonctionnement avec des chevaux sans fers et vivant au pré en troupeau dont il est question dans la deuxième partie de cet entretien, de même qu’une réflexion sur un possible changement de nationalité.



La première partie de cet entretien est en ligne ici“[Il] m’a subjugué par le rapport qu’il a avec ses chevaux. Il les récompense et flatte en permanence; il leur laisse des temps de pauses réguliers; il va sans cesse dans le sens du cheval et jamais contre; il cherche à leur rendre la tâche plus facile pour maintenir leur générosité… Tout cela avec bienveillance, amour et respect. Ce Monsieur m’a étonné également par la qualité et la beauté de son équitation mais aussi sa discrétion et son humilité”. Voilà ce qu’écrit Éric Louradour à votre propos dans un texte dithyrambique. En avez-vous eu c...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe