Explosion W, le crack qui détonne

Explosion W n’a que neuf ans, et pourtant ! Avec Ben Maher, l’alezan a fait une entrée dans le grand bain explosive cette saison, offrant pas moins de trois victoires au Britannique lors d’étapes du Longines Global Champions Tour. Malgré son jeune âge, le fils de Chacco Blue s’est imposé devant tous les meilleurs, mais uniquement sur le circuit privé créé par Jan Tops, sans jamais défendre l’Union Jack.



Avant de passer durablement sous la selle de Ben Maher, Explosion W a atteint le haut niveau avec Emily Mason.

© Sportfot

Né en avril 2009 à Berlicum, au sud-est de Bois-le-Duc (Pays-Bas), Explosion W avait déjà de quoi plaire poulain grâce à ses origines. Fils de Chacco Blue, meilleur père selon le dernier classement de la WBFSH, et d’Untouchable, une fille de l’olympique Baloubet du Rouet qui a évolué jusque dans des épreuves à 1,45m, l’alezan était en effet promis à un bel avenir. S’il élève également des chevaux de dressage, Willy Wijnen est à l’origine de ce croisement explosif, dans lequel il a cru dès le départ. “Il était très difficile, mais avait déjà une arrière-main puissante et un bon physique. Il était agile, faisait des sauts un peu étranges mais ne s’est jamais blessé”, a confié son éleveur au média néerlandais Janenjanmedia.nl. Enchainant les parcours parfaits, le hongre suscite très rapidement les convoitises et Willy Wijnen reçoit des centaines de coups de fil. Ce dernier tient cependant à ce que son protégé parte chez un cavalier qui lui convient. “De Franke Shlootaak à Jos Lansink, ils m’ont tous fait part de leur intérêt. Des marchands m’ont également contactés afin de le revendre rapidement”, s’est souvenu l’éleveur. Tant de propositions qui n’ont pas trouvé grâce à ses yeux. Maikel van der Vleuten avait quant à lui essayé le cheval “mais il n’y a pas eu d’osmose”, a jugé Willy Wijnen. 

À l’été 2016, Explosion W est cédé à Poden Farms, l’écurie de la famille Moffit qui soutient Ben Maher. Le Britannique a d’ailleurs essayé le cheval dans les installations de son éleveur, qui a trouvé l’entente entre les deux parfaites. “On a vu le cheval changer, c’était un moment assez intriguant. L’affaire a rapidement été conclue”, s’est souvenu Willy Wijnen. 
 
Ensuite, Ben Maher ne monte l’alezan que ponctuellement. Ce dernier poursuit sa formation quelques mois dans les épreuves Jeunes Chevaux sous la selle de l’Américaine Carly Anthony, avant d’apparaitre une fois avec le Suédois Daniel Zetterman. En juillet 2017, Explosion est confié à Emily Mason, qui forme les Jeunes Chevaux de Poden Farms. À huit ans seulement, le KWPN gravit les échelons du haut niveau deux par deux, terminant septième de son premier Grand Prix CSI 2* à Knokke. Après quelques sorties moins fructueuses, il démarre l’année 2018 avec une troisième place dans le Grand Prix CSI 2* de Wellington. Double sans faute dans la Coupe des nations CSIO 4* de Wellington début mars, il termine à la neuvième place du Grand Prix CSI 4* sur la même piste deux semaines plus tard. Dans la foulée, Ben Maher récupère le fils de Chacco Blue, et les succès ne se sont pas faits attendre. 


Et les Coupes des nations dans tout ça ?

Samedi à Doha, Explosion W a offert à Ben Maher la victoire dans une quatrième étape du Longines Global Champions Tour de la saison.

© Stefano Grasso/LGCT

Pour leur premier parcours dans le grand bain, le champion olympique par équipes de Londres et l’alezan frappent très fort en s’imposant dans une épreuve intermédiaire au Longines Global Champions Tour de Shanghai. Le lendemain, le couple conclut le Grand Prix à la deuxième place, et Ben Maher espérait alors pouvoir conserver le cheval pour quelques concours supplémentaires. Si Shanghai n’aurait pu être qu’un coup d’éclat, la folle année du couple ne s’est pas arrêtée là. Il y a d’abord eu une victoire dans le Grand Prix du Longines Global Champions Tour de Madrid, avant d’embrayer avec une quatrième place sous la Tour Eiffel, une cinquième place à Chantilly, un quatrième rang à Londres, puis une victoire à Rome. Le tout, sans jamais passer à côté de la moindre épreuve majeure. Après trois petits parcours à Oliva à la fin du mois d’octobre, Explosion W a pris la direction de Doha. Et si Ben Maher s’était déjà adjugé la victoire sur le circuit avant même de prendre le départ de l’étape qatarienne, lui et son hongre ont tout de même saisi l’opportunité pour ne faire qu’une bouchée de la concurrence (la vidéo ici). À neuf ans seulement, le fils de Chacco Blue a donc remporté pas moins de trois Grands Prix CSI 5*, offert à son cavalier le titre de l’un des circuits les plus prisés (le Longines Global Champions Tour), a largement participé à la victoire des London Knights dans la Global Champions League, et occupe évidemment la place de meilleur cheval de sa génération. Pour preuve, le dernier classement édité par la WBFSH le place cinquième, derrière Zinius, Bianca, Fine Lady 5 et Tovek’s Mary Lou. 
 
Si cette pluie de succès fait évidemment le bonheur de l’entourage d’Explosion, Di Lampard doit de toute évidence être quelque peu frustrée. Consacré au Longines Global Champions Tour et à sa League par choix, le complice de Ben Maher conclura en effet sa saison à Prague, à l’occasion des play-offs. La sélectionneuse britannique n’a donc pu compter sur lui cette saison, que ce soit pour les Coupes des nations Longines ou les Jeux équestres mondiaux de Tryon. Dommage, lorsque l’on connait l’état des troupes d’outre-Manche, huitième des Jeux équestres mondiaux de Tryon en septembre et sixième de la Consolante de la finale de la Coupe des nations Longines de Barcelone le mois dernier. Espérons toutefois que cette prise de température de haut-niveau mènera vers de grands titres, lors des championnats d’Europe de Rotterdam l’été prochain ou des Jeux olympiques de Tokyo de 2020 par exemple…