Marie-Christine de Laurière soutient Anne de Sainte Marie

Hier, Marie-Christine Duroy de Laurière a apporté son soutien à Anne de Sainte Marie pour le second tour de l’élection à la présidence de la Fédération française d’équitation. La grande championne de concours complet, première femme à faire briller la France dans cette discipline, mais aussi technicienne et éleveuse, aux côtés de son défunt époux, Renaud, s’est donc engagée auprès de celle qui est arrivée en deuxième position au premier tour de l’élection, juste derrière Serge Lecomte, sortant en poste depuis 2004. Voici le message publié sur les réseaux sociaux par la vice-championne d’Europe de 1995, également médaillée d’argent par équipes à trois reprises aux championnats du monde, en 1986 à Gawler, 1994 à La Haye et 1998 à Rome, et qui compte à son actif quatre participations consécutives aux Jeux olympiques, entre 1984 et 1996:

“Cher.e.s collègues, cher.e.s ami.e.s,
Je tiens à apporter mon soutien, et dire mon enthousiasme à Anne de Sainte Marie. Qu’une femme décide d’être candidate pour apporter ses compétences, son dynamisme, sa jeunesse et sa méthode à notre fédération est une chance inouïe pour nous tous, dirigeants, sportifs et passionnés. En tant que championne, je me suis aussi battue pour la place des femmes dans le sport en général et l’équitation en particulier. Je l’ai fait sur les terrains, en compétition. Je sais combien c’est dur. Je sais la force de caractère et la détermination qu’il faut pour passer outre les insultes, les attaques sexistes, la mauvaise foi – surtout quand elle vient d’un groupe qui a peur de perdre sa place et du changement. Alors que notre sport est à la croisée des chemins, il ne survivra que s’il entre pleinement dans le monde et la société d’aujourd’hui. Dans ce contexte, comment ne pas soutenir une femme moderne, travailleuse et animée par l’intérêt général à la tête de notre fédération?
Anne correspond aussi à un moment: celui de la démocratie, qui exige l’alternance. Alors sachons saisir la chance qu’elle représente pour donner à l’équitation et au cheval la place qu’ils devraient occuper dans le mouvement sportif et les médias. Comme beaucoup de légendes de notre sport, je tiens à dire haut et fort que j’aurais adoré avoir une présidente comme Anne lorsque j’étais cavalière de haut niveau. Au premier tour, vous avez exprimé votre désir de changement. Ne lâchez pas. Votez pour Anne de Sainte Marie avant le 27 avril, et laissons-la redresser l’équitation.”