Henrik von Eckermann : “Je suis très fier de ce que nous avons réalisé”

Voici la réaction du Suédois Henrik von Eckermann, vainqueur du Super Grand Prix du Longines Global Champions Tour, hier soir à Prague, avec King Edward : “J’espérais qu’il y aurait au moins un double sans-faute avant que je revienne en piste. En effet, quand ce n’est pas le cas, on se triture le cerveau sur la stratégie à adopter. En cherchant à assurer, on perd du temps, et si l’on finit par fauter, on se retrouve relégué loin au classement. Là, j’ai vu le double sans-faute de Sergio Álvarez Moya et Alamo, puis le parcours à quatre points de Ben Maher et Explosion W qui m’a presque soulagé! Ils sont allés si vite et que j’aurais peut-être atteint les limites de mon cheval en tentant de les battre. Je pensais pouvoir battre Sergio. Je me suis fixé un plan, et je l’ai suivi, et King a encore mieux sauté qu’en première manche.

De fait, j’ai eu un peu de mal à le faire entrer en piste. Il était plein d’énergie, un peu nerveux… D’habitude, j’entre gentiment au trot, mais là, la porte a mis un peu de temps à s’ouvrir, si bien qu’il s’est demandé ce qu’il se passait. J’ai senti qu’il avait envie de repartir en arrière, alors je l’ai laissé faire, puis nous sommes repartis en avant. Je n’ai pas eu tout le contrôle en début de parcours, mais la fin a été harmonieuse, et je suis très fier de ce que nous avons réalisé ensemble ce soir. J’ai essayé de prendre du plaisir. Retrouver une telle ambiance, c’est fabuleux pour nous. Cela m’avait beaucoup manqué.

La saison régulière du LGCT ne fut pas un long fleuve tranquille. Je voulais vraiment gagner une étape pour pouvoir participer à cette épreuve, car je savais que King Edward et moi aurions une chance de la gagner. À Rome, où deux étapes se sont succédé en deux semaines, je ne pensais qu’à cela, mais cela n’a pas fonctionné. À Šamorín (hôte des deux dernières étapes, ndlr), je n’ai réussi un bon barrage la première semaine. Il ne me restait donc plus qu’une chance de me qualifier. J’ai mis toutes les chances de mon côté, et cela a fini par marcher!”